Rencontres Du Troisième Type
Rencontres Du Troisième Type
rencontres du troisième type, rencontres du troisième type streaming, rencontres du troisième type bande annonce vf, rencontres du troisième type imdb, rencontres du troisième type critique, rencontres du troisième type (1977), rencontres du troisième type film entier, rencontres du troisième type musique, rencontres du troisième type blu ray test, rencontres du troisième type françois truffaut.
 
 
 
 
 
 
Retourner en Arrière

Smartphone









Libérez l'Animation VR / AR
Jouez pour révéler des images 3D et des modèles 3D!
Démonstration A-Frame / Multijoueur
Android app on Google Play
 
vlrPhone / vlrFilter
Projet de softphones à très faible consommation, radiation et débit, avec le support de l'audio spatial, des décalages de fréquence et des communications ultrasonores / Filtre Audio Multifonction avec Télécommande!



 

Images de Ville, Images de Voyage, Images Sûres

Howto - Comment Faire - Réponses Illustrées

 

Rencontres du troisième type
attendues ? Comment ajouter mes sources ? Rencontres du troisième type Maquette du vaisseau mère utilisée lors du tournage, exposée au National Air and

Voir Article Wikipédia

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

.mw-parser-output .entete.cinema{background-image:url("//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/ea/Picto_infobox_cinema.png")} Rencontres du troisième type Maquette du vaisseau mère utilisée lors du tournage, exposée au National Air and Space Museum.

Données clés Titre original Close Encounters of the Third Kind Réalisation Steven Spielberg Scénario Steven Spielberg
Paul Schrader (non crédité)
Jerry Belson (non crédité)
Matthew Robbins (non crédité) Acteurs principaux

Richard Dreyfuss
François Truffaut
Teri Garr
Melinda Dillon
Bob Balaban

Sociétés de production Columbia Pictures Corporation Pays d’origine  États-Unis Genre Science-fiction Durée 129 minutes (version originale)
127 minutes (Édition spéciale)
131 minutes (director's cut) Sortie 1977

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

.mw-parser-output .infobox_v2 .entete,.mw-parser-output .infobox_v3 .entete{font-style:italic}.mw-parser-output .infobox_v2 .entete i,.mw-parser-output .infobox_v3 .entete i{font-style:normal}

Rencontres du troisième type (Close Encounters of the Third Kind) est un film de science-fiction américain écrit et réalisé par Steven Spielberg, avec pour acteurs principaux Richard Dreyfuss, François Truffaut, Teri Garr, Melinda Dillon et Bob Balaban.

Produit et distribué par Columbia Pictures, ce film est sorti en avant-première le 15 novembre 1977 à New York et le 16 novembre 1977 dans tous les États-Unis.

En 2007, le film a été sélectionné par le National Film Preservation Board pour figurer au National Film Registry pour y être conservé, comme étant « culturellement, historiquement ou esthétiquement important ».

Sommaire
  • 1 Synopsis
  • 2 Fiche technique
  • 3 Distribution
  • 4 Production
    • 4.1 Développement
      • 4.1.1 Scénario
      • 4.1.2 Choix du titre
    • 4.2 Distribution des rôles
    • 4.3 Tournage
      • 4.3.1 Anecdotes de tournage
    • 4.4 Bande originale
  • 5 Différentes versions du film
    • 5.1 Édition spéciale
    • 5.2 Version du réalisateur
  • 6 Accueil
    • 6.1 Sorties en salle
    • 6.2 Box-office
  • 7 Distinctions
    • 7.1 Récompenses
    • 7.2 Nominations
  • 8 Commentaires
    • 8.1 Code musical
    • 8.2 Produit dérivé
    • 8.3 Dans la culture populaire
  • 9 Notes et références
  • 10 Liens externes
Synopsis

Au Mexique, le scientifique français Claude Lacombe, assisté de son interprète américain David Laughlin, découvre de vieux avions de guerre en plein désert de Sonora. Les appareils, des Grumman TBF Avenger, faisaient partie du Vol 19, une escadrille qui a mystérieusement disparu en décembre 1945. D’autres faits étranges se produisent simultanément à la surface de la planète, comme un cargo disparu en 1925 retrouvé en plein désert de Gobi.

Lacombe et son équipe se rendent ensuite à Dharmsala en Inde pour étudier une série de cinq notes, chantées par la foule. Ces sons, d'après les autochtones, proviendraient des cieux. Lors d'une conférence aux États-Unis, Lacombe traduit ces sons en langage des signes d'après la technique de Zoltán Kodály. Plus tard, un télescope appartenant à un complexe américain top-secret enregistre des signaux provenant de l'espace, qui se révèlent être des coordonnées terrestres. Il ne fait alors plus de doute pour le scientifique français qu'une forme intelligente extraterrestre tente de communiquer avec notre civilisation.

Des ovnis sont ensuite repérés en Amérique au-dessus de l'Indiana, manquant de percuter un avion de ligne et perturbant le réseau électrique. Dans une petite maison de campagne, Jillian Guiler vit seule avec son fils de trois ans, Barry. Ce dernier est réveillé en pleine nuit par une force inconnue qui l'attire au dehors, dans la forêt. Entretemps, Roy Neary, un réparateur de câble, quitte sa maison pour aller réparer les lignes à haute-tension sur une route nationale. Alors qu'il arrête son véhicule au niveau d'une voie ferrée pour chercher son chemin, Neary fait l'expérience d'une rencontre rapprochée avec un ovni qui émet une vive lumière, brûlant un côté de son visage. Juste après, Neary manque d'écraser le petit Barry, qui se trouvait sur la route. La police donne la chasse aux mystérieux engins volants, sans succès. Le public est fasciné par cette vague d'ovnis, de même que Neary, au grand désespoir de sa femme qui commence à douter de sa santé mentale.

Entretemps, la maison des Guiler devient le théâtre d'un drame lorsque Barry est enlevé par un ovni, sous les yeux de sa mère impuissante. Neary et Jillian deviennent bientôt, chacun de son côté, obsédés par l'image subliminale d'une forme ressemblant à une montagne, et commencent à essayer de la reproduire en sculpture ou en peinture. Ils sont comme fascinés par cette mystérieuse forme.

De son côté, Lacombe et son assistant ont calculé que les mystérieuses coordonnées conduisent à Devils Tower, une montagne dans le Wyoming. L'armée américaine dévoile un plan d'évacuation de la région en prétextant un accident de train contenant un gaz toxique, et prépare secrètement la construction d'une base scientifique destinée à « accueillir » les visiteurs sur la montagne.

Pendant ce temps, l’obsession de Neary vis-à-vis de la forme qu'il voit dans son esprit — qui n'est autre que celle de Devils Tower — pousse sa femme à le quitter avec ses enfants. Neary, poussé par son obsession, rejoint Jillian et tous deux se rendent dans le Wyoming à la recherche de la vérité.

Échappant aux forces de l'ordre après une première capture, les deux fugitifs se faufilent parmi les barrages, et entrent dans la base scientifique juchée au sommet de la Devils Tower. Un vaisseau extra-terrestre arrive à la nuit tombée et, après avoir communiqué avec les scientifiques par une sorte de musique associée à des couleurs, se pose sur la Devils Tower. Plusieurs humains portés disparus dans le passé en sortent, ayant l'apparence et l'âge qu'ils avaient lorsqu'ils ont disparu il y a de cela de nombreuses années. Le jeune Barry sort également du vaisseau, puis une vingtaine de petites créatures humanoïdes.

Neary, après avoir été autorisé par Lacombe, fait partie des volontaires (militaires et scientifiques) qui accompagnent les aliens lors de leur départ, et monte dans leur vaisseau, celui-ci repartant dans l'espace.

Fiche technique
  • Titre : Rencontres du troisième type
  • Titre original : Close Encounters of the Third Kind
  • Réalisation : Steven Spielberg
  • Assistant réalisateur : Matthew Robbins
  • Scénario : Steven Spielberg avec Paul Schrader, Jerry Belson et Matthew Robbins (non crédités)
  • Production : Julia Phillips, Michael Phillips et Clark Paylow
  • Sociétés de production : Columbia et EMI
  • Société de distribution : Columbia Pictures
  • Conseiller technique : le docteur J. Allen Hynek
  • Direction artistique : Dan Lomino sous la direction de Joe Alves
  • Direction de la photographie : Vilmos Zsigmond, William A. Fraker (pour des séquences additionnelles), Frank Stanley (pour des séquences additionnelles, non crédité), Douglas Slocombe (pour les séquences en Inde), Allen Daviau (pour la séquence du Désert de Gobi)
  • Chef costumier : Jim Linn
  • Chef décorateur : Phil Abramson
  • Chef de constructions : Bill Parks
  • Chef de conception de l'extraterrestre : Carlo Rambaldi
  • Chef maquilleur : Bob Westmoreland
  • Chef coiffeur : Edie Panda
  • Ingénieur du son : Steve Katz
  • Superviseurs des effets visuels : Douglas Trumbull d'après les concepts de Steven Spielberg
  • Superviseurs des effets spéciaux : Roy Arbogast et George Polkinghorne pour l'édition spéciale
  • Musique : John Williams
  • Chef monteur : Michael Kahn
  • Chefs monteur de son : Kenneth Wannberg (pour la musique) et Frank Warner (pour les effets sonores)
  • Budget : 19 400 870 dollars
  • Format : Couleur (Metrocolor) - 2,35:1 en Panavision • 35 mm - Stéréo (Dolby)
  • Pays d'origine :  États-Unis
  • Langues originales : anglais, français, hindi et espagnol
  • Genre : science-fiction
  • Durée du film :
    • 129 minutes (version originale de 1977)
    • 127 minutes (Édition spéciale de 1981)
    • 131 minutes (version Director's Cut de 2001)
    • 137 minutes (version restaurée de 2017)
  • Dates de sortie :
    •  États-Unis : 16 novembre 1977
    •  France : 24 février 1978 (version Director's Cut : 12 septembre 2001 - version restaurée : 13 décembre 2017)
    •  Royaume-Uni : 13 mars 1978
Distribution

Légende : doublage de la version originale (1978) / doublage de la version director's cut (2001)

  • Richard Dreyfuss (VF : Bernard Murat / Bernard Brieux) : Roy Neary
  • François Truffaut (VF : lui-même) : le professeur Claude Lacombe
  • Teri Garr (VF : Sylvie Feit / Sybille Tureau) : Ronnie Neary
  • Melinda Dillon (VF : Michèle Bardollet / Marie Vincent) : Jillian Guiler
  • Bob Balaban (VF : Philippe Ogouz / Bernard Métraux) : David Laughlin
  • J. Patrick McNamara : le chef de projet
  • Warren Kemmerling : Wild Bill
  • Roberts Blossom : le fermier
  • Philip Dodds : Jean Claude
  • Cary Guffey (VF : Jackie Berger) : Barry Guiler
  • Shawn Bishop : Brad Neary
  • Adrienne Campbell : Sylvia Neary
  • Justin Dreyfuss : Toby Neary
  • Lance Henriksen (VF : Jacques Richard) : Robert
  • Merrill Connally (VF : Jacques Brunet) : le chef d'équipe
  • George DiCenzo : le major Benchley
  • Amy Douglass : un implanté
  • Alexander Lockwood : un implanté
  • Gene Dynarski (VF : Raymond Loyer) : Ike (1re version uniquement)
  • Mary Gafrey : madame Harris
  • Norman Bartold : Ohio péage
  • Josef Sommer : Larry Butler
  • Rev. Michael J. Dyer : Lui-même
  • Roger Ernest : un patrouilleur de la route
  • Carl Weathers (VF : Jacques Deschamps) : un membre de la police militaire (1re version uniquement)
  • F.J. O'Neil : un membre du projet ARP
  • Phil Dodds : un musicien de l'ARP
  • Randy Hermann : le rapatrié #1 vol 19
  • Hal Barwood : le rapatrié #2 vol 19
  • Matthew Robbins : le rapatrié #3 vol 19
  • David Anderson : un contrôleur aérien
  • Richard L. Hawkins : un contrôleur aérien
  • Craig Shreeve : un membre de la circulation aérienne
  • Bill Thurman : un membre de la circulation aérienne
  • Roy E. Richards : un pilote de l'air
  • Gene Rader : le colporteur
  • Eumenio Blanco : l'homme au visage brûlé par le soleil
  • Daniel Nunez : un fédéral
  • Chuy Franco : un fédéral
  • Luis Contreras : un fédéral
  • James Keane : un membre de l'équipe du radiotélescope
  • Dennis McMullen : un membre de l'équipe du radiotélescope
  • Cy Young : un membre de l'équipe du radiotélescope
  • Tom Howard : un membre de l'équipe du radiotélescope
  • J. Allen Hynek : lui-même (non crédité)
Production Développement Scénario

Paul Schrader écrit le scénario original mais Steven Spielberg considère qu'une bonne partie du script ne lui convient absolument pas et réécrit totalement le film comme il souhaite le voir. La discorde vient du fait que Schrader souhaitait raconter cette histoire de contact extraterrestre du point de vue d'un militaire proche de la retraite (du genre Kirk Douglas, Burt Lancaster, Henry Fonda ou Richard Widmark), tandis que Spielberg voulait le raconter du point de vue de l'« homme du peuple ». Le scénariste, ayant considéré le script comme « la chose » de Steven Spielberg, refuse d'être crédité au générique et, ainsi, renonce à toucher des pourcentages sur les recettes, ce que Schrader considérera comme étant « la plus grosse erreur de sa vie ».

Choix du titre

Le titre prévu à l'origine est Watch the Skies, ce qui correspond aux derniers mots du film La Chose d'un autre monde (1951), phrase qu'on entend durant le film, dans la séquence où le dessin animé réveille Roy Neary (Richard Dreyfuss). Le titre original finalement choisi est Close Encounters of the Third Kind, expression issue de la classification de Hynek utilisée en ufologie pour classer les rencontres rapprochées (RR). Le stade RR3 (rencontre rapprochée du troisième type) correspond au fait de voir un OVNI et ses occupants ou bien uniquement les occupants de l'OVNI. Le film montre des rencontres rapprochées allant jusqu'au type 5 (RR5) puisqu'il y a, à la fin du film, communication avec les occupants d'un immense OVNI. Néanmoins, le type RR5 est postérieur à la classification initiale telle qu'elle fut élaborée par J. Allen Hynek.

Hynek est présent dans le film, jouant son propre rôle, dans une séquence très courte, en caméo. On le voit fumant sa pipe, au premier plan, parmi les scientifiques habillés en blanc, lorsque la soucoupe se pose vers la fin du film. Hynek fut aussi consultant technique de Steven Spielberg, lors du tournage du film.

Distribution des rôles

Pour le rôle de Roy Neary, Steven Spielberg approche d'abord Steve McQueen, Dustin Hoffman, Jack Nicholson, Gene Hackman, avant que ce soit Richard Dreyfuss. Toby Neary (second fils de Roy) est interprété par Justin Dreyfuss, neveu de Richard.

Le réalisateur admire François Truffaut qu'il veut impressionner par l'immensité du studio alloué au film, à Mobile (Alabama). Se rendant compte que François Truffaut n'a tourné ses films que dans des petits studios, presque intimes, et ne pouvait simplement pas saisir l'immensité du hangar, il entre dans la salle où Jillian observe les informations, lève les bras en l'air et s'exclame : « Now, this is a studio! » (« Ça, c'est un studio ! ») et c'est ce qui a convaincu François Truffaut de tourner avec son admirateur. Le rôle est proposé préalablement à Lino Ventura qui le refuse. Truffaut est honoré, et très ému, de la proposition de Spielberg, ainsi que de participer au projet. Le tout lui donne ensuite une aura internationale immense, tant et si bien qu'il y a le Truffaut d'avant et après 1977. En quelque sorte, ce film est pour Truffaut une consécration, et il est adoubé par ses pairs (dont Spielberg).

Comme François Truffaut parle très mal anglais, Steven Spielberg accepte qu'il ne parle que français dans la version originale et que le rôle de David Laughlin, interprété par Bob Balaban, l'assistant de Claude Lacombe, traduise en anglais les propos de son collègue. C'est pourquoi la version française peut parfois paraître étrange, Laughlin ne faisant que paraphraser les dires de Lacombe, voire parler en même temps que lui.

En fin de compte, dans la version originale, Truffaut a deux ou trois répliques en anglais mais sans aucun accent. Aussi lorsqu'il récite la phrase « They belong here more than we » (en français « Ils sont autant à leur place ici que vous et moi. »), il prononce « Zey bilongue hire more zane oui. »

Tournage La montagne Devils Tower dans le Wyoming, le lieu emblématique du film.

Le tournage a commencé dans les studios de Burbank à partir de mai 1976. Une partie de l'action a lieu sur le site de la montagne Devils Tower, dans le Wyoming ainsi qu'un immense hangar à dirigeables de la Seconde Guerre mondiale, à Mobile dans l'Alabama, qui a également servi de plateau, comme les maisons de Roy Neary et celle de Jilian Guiler. L'évacuation immédiate s'est déroulée à Bay Minette dans le comté de Baldwin. La prise de vues s'achève en février 1977.

Ce film détient le record du plus grand nombre de directeurs de la photographie : onze, en incluant l'édition spéciale.

Anecdotes de tournage
  • Pour la scène où Cary Guffey (en), le jeune acteur incarnant Barry, devait jouer l'étonnement face aux extraterrestres, le réalisateur Steven Spielberg a demandé à deux membres de l'équipe de tournage de se cacher dans des boîtes derrière la caméra, l'un déguisé en clown et l'autre en gorille. Pendant le tournage de la scène, le premier apparut par surprise devant Cary quelque peu surpris, puis le second. Spielberg demanda alors au gorille de retirer son masque, faisant ainsi sourire Cary.
  • Pour la séquence du premier contact de Roy Neary avec les extraterrestres (au passage à niveau), le 4x4 était en fait monté sur une grande roue qui effectuait une rotation pour simuler l'envol des affaires de Neary sur le tableau de bord (on observe par ailleurs que, sous l'effet de la rotation de la roue, Richard Dreyfuss recule un peu sur son siège).
  • Lorsque les extraterrestres kidnappent Barry par la petite ouverture au bas de la porte d'entrée, Cary Guffey était en réalité tiré par sa mère (on distingue très vaguement le bras de celle-ci dans un coin de l'ouverture).
  • À la fin du film, quand le vaisseau-mère commence à faire son apparition, on voit clairement R2D2 qui est accroché sur la coque.
  • Le contrôle du trafic aérien était celui de Palmdale au nord-est du comté de Los Angeles en Californie.
  • Le désert en pleine tempête, au début du film, se trouve à Bernal et Tequisquiapan (en) dans le Querétaro du Mexique ainsi que le désert des Mojaves au sud de la Californie.
  • La séquence où Claude Lacombe, joué par François Truffaut, enregistre le chant indien imité du son extraterrestre a été prise à Bombay dans le Maharashtra en Inde.
  • Dans le film, les humains communiquent avec les extraterrestres par la musique et une technologie adaptée. Or les métiers des parents de Steven Spielberg furent respectivement musicienne et électronicien. Un rapprochement que Spielberg n'avait pas fait jusqu'à ce que le journaliste James Lipton le fasse remarquer dans une interview pour l'Actors Studio en 1994.
  • La scène finale du film donne à voir un gigantesque vaisseau mère extraterrestre. Une maquette de celui-ci est exposée au National Air and Space Museum.
  • Le logo de la compagnie « Rockwell International », qui apparaît au dos des costumes de certains membres de l’équipe scientifique lors de la rencontre finale, est identique dans sa construction graphique à l’affiche originale du film.
Bande originale .mw-parser-output .entete.musique{background-image:url("//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/6/60/Picto_infobox_music.png")} Close Encounters of the Third Kind
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de John Williams Sortie 1977 Enregistré 1976
Durée 40:53 Langue anglais Genre Électronique Format vinyle, LP, cassette Compositeur John Williams Producteur John Williams Label Arista

La musique de John Williams était déjà composée avant le montage du film. C'est sa troisième collaboration avec Steven Spielberg qui avait donc monté le film en fonction de la musique, à l'inverse de ce qui se fait habituellement. Ensemble, ils avaient estimé que cela donnait au film une sensation lyrique propre à son univers.

Liste des titres (1977) No TitreAuteur(s) Durée 1. Main Title and Mountain Visions 3:13 2. Nocturnal Pursuits 2:31 3. The Abduction of Barry 4:28 4. I Can't Believe it's Real 3:18 5. Climbing Devil's Tower 2:05 6. The Arrival of Sky Harbor 4:27 7. Night Siege 6:18 8. The Conversation 2:19 9. The Appearance of the Visitors (When You Wish Upon A Star)Leigh Harline, Ned Washington 4:49 10. Resolution and End Title 6:51 40:53 Liste des titres - édition collector (1998) No Titre Durée 1. Opening: Let There Be Light 0:49 2. Navy Planes 2:06 3. Lost Squadron 2:23 4. Roy's First Encounter 2:41 5. Encounter at Crescendo Summit 1:21 6. Chasing UFOs 1:18 7. False Alarm 1:42 8. Barry's Kidnapping 6:19 9. The Cover-Up 2:25 10. Stars and Trucks 0:44 11. Forming The Mountain 1:49 12. TV Reveals 1:49 13. Roy and Gillian on the Road 1:10 14. The Mountain 3:31 15. Who Are You People? 1:35 16. The Escape 2:18 17. The Escape (Alternate Cue) 2:40 18. Trucking 2:01 19. Climbing The Mountain 2:32 20. Outstretch Hands 2:47 21. Lightshow 3:43 22. Barnstorming 4:25 23. The Mothership 4:33 24. Wild Signals 4:12 25. The Returnees 3:45 26. The Visitors / Bye / End Titles: The Special Edition (Contient un extrait de When You Wish Upon a Star) 12:32 Différentes versions du film Édition spéciale

En 1980, Steven Spielberg décide de ressortir le film avec un nouveau montage (tel qu'il souhaitait déjà faire en 1977). Ainsi certaines scènes ont été retirées tandis que d'autres ont été ajoutées, entre autres la fameuse scène où Roy Neary pleure, tout habillé, sous sa douche, et qui tourne à la dispute familiale. Spielberg a également tourné, pour l'occasion, deux nouvelles séquences :

  • La découverte du navire Kotopaxi en plein désert de Mongolie. On remarque la présence de Jeep Cherokee, modèle sorti en 1979, ce qui prouve bien que cette scène a été tournée quelques années après la sortie du film.
  • L'intérieur du vaisseau-mère, là où Roy Neary découvre des technologies et des architectures extraterrestres serties de lumières.
Version du réalisateur

En 1998, Spielberg retravaille le montage de son film. Il a réintégré des scènes de la première version et a finalement supprimé l'intérieur du vaisseau-mère, préférant ainsi laisser la suggestion aux spectateurs. Les effets spéciaux ont été quant à eux remaniés sur ordinateur. En France, le film a été entièrement redoublé (excepté la voix de François Truffaut qui a été conservée telle quelle).

On peut noter plusieurs erreurs dans le doublage français : le nom du compositeur Zoltán Kodály y est prononcé , et le mot « octave » (terme musical) y est toujours employé au masculin alors qu'il est féminin.

Dans l'édition collector trentième anniversaire, la première version du film est tiraillée entre les deux doublages français. En effet toutes les scènes présentes dans les trois versions ne comportent que la nouvelle version française. Ainsi, dans la version originale de 1977, on peut passer, par exemple pour Richard Dreyfuss, d'une scène à l'autre, de Bernard Murat à Bernard Brieux.

Accueil Sorties en salle

Le film est sorti le 15 novembre 1977 en avant-première à New York aux États-Unis, et le 16 novembre 1977 sur le reste du territoire. Il ressort le 1er août 1980 en édition spéciale.

En France, le film sort sur les écrans le 24 février 1978, puis la version remaniée par Spielberg ressort le 12 septembre 2001.

Box-office Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
  •  États-Unis : 116 400 000 dollars
  • Mondial : 304 000 000 dollars
Distinctions Récompenses
  • 1977 :
    • Prix spécial du National Board of Review pour les effets spéciaux du film.
  • 1978 :
    • Oscars du cinéma :
      • Oscar de la meilleure photographie pour Vilmos Zsigmond ;
      • Oscar pour une performance spéciale à Frank Warner pour le montage des effets sonores.
    • Saturn Awards :
      • Saturn Award du meilleur réalisateur à Steven Spielberg (décerné en 1977 à égalité avec George Lucas pour Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir) ;
      • Saturn Award du meilleur scénario à Steven Spielberg ;
      • Saturn Award de la meilleure musique à John Williams (doublement récompensé en 1977 grâce à sa musique pour Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir).
    • Prix David di Donatello du meilleur film étranger à Julia Phillips et Michael Phillips ;
    • Golden Reel Award de la Motion Picture Sound Editors du meilleur montage et les effets sonores.
  • 1979 :
    • BAFTA de la meilleure direction artistique à Joe Alves ;
    • Golden Screen du meilleur film ;
    • Grammy Award du meilleur album de musique de film à John Williams.
  • 2007 :
    • Sélection par le National Film Preservation Board pour figurer au National Film Registry.
Nominations
  • 1978 :
    • Oscars du cinéma :
      • nomination pour l'Oscar du meilleur réalisateur à Steven Spielberg ;
      • nomination pour l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle à Melinda Dillon ;
      • nomination pour l'Oscar de la meilleure direction artistique à Joe Alves, Dan Lomino et Phil Abramson ;
      • nomination pour l'Oscar du meilleur montage à Michael Kahn ;
      • nomination pour l'Oscar des meilleurs effets visuels à Roy Arbogast, Douglas Trumbull, Matthew Yuricich, Gregory Jein et Richard Yuricich ;
      • nomination pour l'Oscar du meilleur son à Robert Knudson, Robert Glass, Don MacDougall et Gene S. Cantamessa ;
      • nomination pour l'Oscar de la meilleure musique originale à John Williams.
    • Saturn Awards :
      • nomination pour le Saturn Award du meilleur film de science-fiction ;
      • nomination pour le Saturn Award du meilleur acteur à Richard Dreyfuss ;
      • nomination pour le Saturn Award de la meilleure actrice à Melinda Dillon ;
      • nomination pour le Saturn Award des meilleurs effets spéciaux.
    • Golden Globe Award :
      • nomination pour le Golden Globe du meilleur film dramatique ;
      • nomination pour le Golden Globe du meilleur réalisateur à Steven Spielberg ;
      • nomination pour le Golden Globe du meilleur scénario à Steven Spielberg ;
      • nomination pour le Golden Globe de la meilleure musique de film à John Williams.
    • nomination pour l’Eddie du meilleur montage pour un filml de l'American Cinema Editors à Michael Kahn ;
    • nomination pour le Directors Guild of America Awards (prix du meilleur réalisateur) de la Directors Guild of America à Steven Spielberg ;
    • nomination pour le Prix Hugo du meilleur film dramatique ;
    • nomination pour le Prix du meilleur scénario dramatique de la Writers Guild of America à Steven Spielberg.
  • 1979 :
    • nomination pour l'Award du meilleur film étranger des Japanese Academy Awards.
    • BAFTA :
      • nomination pour le BAFTA du meilleur film ;
      • nomination pour le BAFTA du meilleur réalisateur à Steven Spielberg ;
      • nomination pour le BAFTA du meilleur scénario à Steven Spielberg ;
      • nomination pour le BAFTA du meilleur acteur dans un rôle secondaire à François Truffaut ;
      • nomination pour l’Prix Anthony Asquith Award de la meilleure musique de film à John Williams ;
      • nomination pour le BAFTA du meilleur montage à Michael Kahn ;
      • nomination pour le BAFTA de la meilleure photographie à Vilmos Zsigmond ;
      • nomination pour le BAFTA du meilleur son à Gene S. Cantamessa, Robert Knudson, Don MacDougall, Robert Glass, Stephen Katz, Frank E. Warner, Richard Oswald, David M. Horton, Sam Gemette, Gary S. Gerlich, Chester Slomka et Neil Burrow.
  • 2002 :
    • nomination pour le Saturn Award du meilleur film classique sorti en DVD.
Commentaires Code musical

Le code musical.

Les cinq notes du film Rencontres du troisième type (jouées sur CS-80V2).

Le code musical du film utilisé dans la séquence des vaisseaux extraterrestres est fait avec un synthétiseur ARP 2500 (en) (Philip Dodds joue sur cette scène), qui est utilisé pour le tournage de la scène mais la musique provient de l'orchestre de John Williams. Spielberg avait demandé au musicien un thème musical très simple. Cela s'est révélé être un véritable défi puisqu'il fallait se limiter à cinq notes. Williams et son entourage ont proposé une multitude de mélodies de cinq notes parmi lesquelles a été choisie celle utilisée pour le thème.

La partition du code musical est : Si bémol (2) Do (3) La bémol (2) La bémol (1) Mi bémol (2). Les chiffres entre parenthèses indiquent le numéro de l'octave.
Toutefois, lorsque Lacombe présente devant les experts la mélodie enregistrée en Inde, il signe avec la méthode Kodály la partition suivante : Ré (2) Mi (2) Do (2) Do (1) Sol (1).

Le code musical du film a été parodié dans de nombreux films, comme dans Moonraker (1979), où le code de l'entrée du laboratoire vénitien est composé par James Bond. Le film Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ (1982) s'en est servi pour le passage secret permettant la fuite de Jules César. Dans Monstres contre Aliens (2009), il est joué par le président lorsqu'il rencontre pour la première fois les aliens. Enfin, dans Paul (2011), les cinq notes sont produites par la boîte de feux d'artifices.

Dans la série télévisée South Park, saison 12 épisode 6, Y'a plus Internet, le code est joué pour tenter de communiquer avec « Internet » qui s'est décidé à ne plus fonctionner. De même, dans la série Les Simpson, épisode 10 de la 8e saison, intitulé Aux frontières du réel, il est joué par l'orchestre de l'école primaire avant la rencontre avec l'extraterrestre.

Plusieurs artistes ont aussi repris ce code musical, comme le groupe britannique Duran Duran dans l'introduction de la chanson The Chauffeur de l'album Arena (1984) ; l'introduction de Back to the Rivers of Belief d’Enigma sur MCMXC a.D. (1991) présente aussi ce thème. Daft Punk l'a aussi utilisé au début de chaque concert et pour la tournée Alive 2007, dont la mélodie est jouée avant le début de Robot Rock, mais ne figure pas sur l'album. Le groupe britannique Muse utilise la mélodie avant de débuter certains live ou avant de commencer le morceau Knights of Cydonia par exemple.

Produit dérivé
  • Un flipper électrique portant le même nom que celui du film est le premier flipper dérivé d'un film et la première fois où la Columbia octroya l'autorisation pour un tel produit dérivé.
Dans la culture populaire
  • Le passage où Roy Neary tente de reconstituer la Devils Tower, avec son assiette de purée, est parodié dans le quinzième épisode de la saison 6 des Simpson, intitulé Homer le clown, dans lequel Homer, possédé par l'envie d'intégrer l'école de clown de Krusty, forme un chapiteau avec sa purée.
  • Le terme « rencontres du troisième type » vient du système de classification de Hynek.
Notes et références
  1. ↑ (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. ↑ a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Filming locations for 'Rencontres du troisième type' », sur The Internet Movie Database (consulté le 7 août 2011)
  3. ↑ a et b (en) « Box office / business for 'Rencontres du troisième type' », sur The Internet Movie Database (consulté le 7 août 2011)
  4. ↑ (en) « John Williams (4) – Close Encounters Of The Third Kind (Original Motion Picture Soundtrack) », sur Discogs (consulté le 7 août 2011)
  5. ↑ Joseph McBride, Steven Spielberg: A Biography, 1997
  6. ↑ a et b Rencontres du 3e type, sur le site AlloCiné, 2015
  7. ↑ (en) « Complete National Film Registry Listing », sur le site de la Library of Congress (consulté le 12 février 2016).
  8. ↑ Philip Dodds était alors le vice-président de la société ARP.
  9. ↑ extrait de Rencontres du 3e type, sur Dailymotion, 2014
  10. ↑ Fabrice Canepa, Aliens. 70 ans de culture et de contre-culture, Tana Editions, 2016, p. 60
Liens externes
  • (en) Rencontres du troisième type sur l’Internet Movie Database
  • Rencontres du troisième type sur Allociné
v · mSteven Spielberg Longs métrages .mw-parser-output .sep-liste{font-weight:bold}Duel (1971) · Sugarland Express (1974) · Les Dents de la mer (1975) · Rencontres du troisième type (1977) · 1941 (1979) · Les Aventuriers de l'arche perdue (1981) · E.T. l'extra-terrestre (1982) · Indiana Jones et le Temple maudit (1984) · La Quatrième Dimension (œuvre collective, 1983) · La Couleur pourpre (1985) · Empire du soleil (1987) · Indiana Jones et la Dernière Croisade (1989) · Always (1989) · Hook ou la Revanche du capitaine Crochet (1991) · Jurassic Park (1993) · La Liste de Schindler (1993) · Le Monde perdu : Jurassic Park (1997) · Amistad (1997) · Il faut sauver le soldat Ryan (1998) · A.I. Intelligence artificielle (2001) · Minority Report (2002) · Arrête-moi si tu peux (2002) · Le Terminal (2004) · La Guerre des mondes (2005) · Munich (2005) · Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal (2008) · Les Aventures de Tintin : Le Secret de La Licorne (2011) · Cheval de guerre (2011) · Lincoln (2012) · Le Pont des espions (2015) · Le Bon Gros Géant (2016) · Pentagon Papers (2017) · Ready Player One (2018) Courts métrages The Last Gun (1959) · Fighter Squad (1961) · Escape to Nowhere (1961) · Firelight (1964) · Slipstream (1967) · Amblin' (1968) · The Unfinished Journey (1999) Télévision Columbo (épisode Le Livre témoin, 1971) · Duel (1971) · La Chose (1972) · Chantage à Washington (1973) · Histoires fantastiques (saison 1, deux épisodes, 1985) · Extant (producteur, 2014) Jeux vidéo Steven Spielberg's Director's Chair (1996) · Medal of Honor (scénariste, 1999) · Boom Blox (2008) · Boom Blox Smash Party (2009) Articles connexes Amblin Entertainment · DreamWorks SKG · Amblin Partners v · mPaul Schrader Réalisateur Blue Collar (1978) · Hardcore (1979) · American Gigolo (1980) · La Féline (1982) · Mishima (1985) · Light of Day (1987) · Patty Hearst (1988) · Étrange Séduction (1990) · Light Sleeper (1992) · Chasseur de sorcières (1995) · Touch (1997) · Affliction (1998) · Les Amants éternels (1999) · Auto Focus (2002) · Dominion: Prequel to the Exorcist (2005) · The Walker (2007) · Adam Resurrected (2008) · The Canyons (2013) · La Sentinelle (2014) · Dog Eat Dog (2016) · Sur le chemin de la rédemption (2017) Scénariste Yakuza (1974) · Taxi Driver (1976) · Obsession (1976) · Légitime Violence (1977) · Rencontres du troisième type (1977) · Old Boyfriends (1979) · Raging Bull (1980) · Mosquito Coast (1986) · La Dernière Tentation du Christ (1988) · City Hall (1996) · À tombeau ouvert (1999)
  • Portail des années 1970
  • Portail de la science-fiction
  • Portail du cinéma américain


Rencontres du troisième type [Blu-ray]
Rencontres du troisième type [Blu-ray]
Des faits étranges se produisent un peu partout dans le monde : des avions qui avaient disparu durant la Seconde Guerre mondiale sont retrouvés au Mexique en parfait état de marche, un cargo est découvert échoué au beau milieu du désert de Gobi. Dans l'Indiana, pendant qu'une coupure d'électricité paralyse la banlieue, Roy Neary, un réparateur de câbles, voit un objet lumineux passer au-dessus de sa voiture. Plus loin, Barry Guiler, un petit garçon de quatre ans, est réveillé par le bruit de ses jouets qui se mettent en route...

Cliquez Ici pour voir en réalité augmentée

EUR 5,75
-EUR 9,30(-62%)



Rencontres du troisième type [Édition Ultimate 30ème Anniversaire]
Rencontres du troisième type [Édition Ultimate 30ème Anniversaire]
Blu-ray testé qui fonctionne parfaitement. EAN : 3333299665016

Cliquez Ici pour voir en réalité augmentée



Rencontres du troisième type [Édition Collector]
Rencontres du troisième type [Édition Collector]
"Nous ne sommes pas seuls", prévient l'affiche. Steven Spielberg nous le prouve dans ce merveilleux space opera humaniste. À rebours de la SF des 50's qui jouait sur la peur de l'inconnu, le futur réalisateur d'E.T. nous invite à la découverte d'un monde nouveau. Contrairement à 2001 ou Star Trek, Rencontres du troisième type se déroule au milieu de gens tout à fait ordinaires, confrontés un jour à l'invraisemblable : un électricien – Richard Dreyfuss, déjà présent dans Les Dents de la mer – face à une panne inexplicable et obsédé par la vision d'une montagne qu'il reproduit jusque dans sa purée ; un enfant halluciné qui s'approche d'une grande lueur aveuglante ; un savant français – étonnante prestation de François Truffaut – qui cherche à cerner les phénomènes paranormaux. Un condensé d'humanité auquel on s'identifie aisément, jusqu'à la rencontre finale avec un vaisseau spatial et leurs occupants. Tout l'univers de Spielberg est là : les banlieues américaines ; l'irruption soudaine de l'extraordinaire – qu'il soit terrifiant ou non – dans le quotidien ; l'aptitude à l'émerveillement ; la capacité à conserver un regard candide et juvénile. Pour donner chair à cette vision du monde, Steven Spielberg a fait appel au magicien des effets spéciaux Douglas Trumbull (2001, c'est déjà lui !). D'où un festival féerique de jeux de lumières, d'effets pyrotechniques et aquatiques, auquel les synthés de John Williams s'intègrent harmonieusement. Une petite précision en forme d'appel à la prudence : les nombreuses scènes inédites que contient cette édition spéciale enlèvent un peu de mystère et de poésie à la réalité extraterrestre. Il peut donc être opportun de se contenter du film en lui-même. --Sylvain Lefort

Cliquez Ici pour voir en réalité augmentée

EUR 23,90



Rencontres du troisième type (Close Encounters Of The Third Kind, Importé d'Espagne, langues sur les détails)
Rencontres du troisième type (Close Encounters Of The Third Kind, Importé d'Espagne, langues sur les détails)
Richard Dreyfuss incarne Roy, un employé de la compagnie d'électricité qui vit une première phase de rencontre, alors qu'il voit comment un OVNI traverse le ciel. Après cet événement, Roy est pris au piège de la vision inexplicable de formations qui ressemblent à des montagnes. En attendant, la chaîne des événements étranges se poursuit dans le monde entier. Certains agents du gouvernement expérimentent des rencontres dans la deuxième phase, preuve sans équivoque de la vue d'un OVNI. Roy retrace sa vision dans un endroit éloigné et sauvage, un point auquel il se sent attiré avec une telle force qu'il est même capable de risquer sa famille et même sa propre vie. Il sera là où il découvre l'opération montée par le gouvernement pour essayer de provoquer une réunion dans la troisième phase. Lié à: Spielberg, science fiction, Richard Dreyfuss, extraterrestres

Cliquez Ici pour voir en réalité augmentée



Rencontre du troisième type
Rencontre du troisième type
Alex est pompier et comme beaucoup de pompiers, il se croit irrésistible. La faute à qui ? Pas la sienne. Après tout, il est mondialement reconnu que les femmes tombent en pâmoison devant eux. Si bien que lorsque Alex rencontre notre protagoniste, il pense que c'est dans la poche. Malheureusement pour lui, cette dernière – peu sensible aux clichés populaires – n'est pas très réceptive. Car Alex est un jeune homme lourd. S'ensuit alors la chronique d'une rencontre du troisième type…

Cliquez Ici pour voir en réalité augmentée



Rencontres du troisième type
Rencontres du troisième type
J'AI LU Science-Fiction/Fantasy/Fantastique n° 947 (1979) - Steven SPIELBERG Rencontres du troisième type

Cliquez Ici pour voir en réalité augmentée



Rencontre du troisième type
Rencontre du troisième type
Edition de 1979

Cliquez Ici pour voir en réalité augmentée


Twitter
 
Facebook
 
LinkedIn
 
 

 
 

WhmSoft Moblog
Copyright (C) 2006-2019 WhmSoft
Tous Droits Réservés