Béziers
Béziers


Béziers
années 1980 ont révélé que Béziers fut construite par les Grecs au VIIe siècle av. J.-C.. Avec 75 999 habitants en 2015, Béziers est la seconde commune de

Voir Article Wikipédia

Pour l’article ayant un titre homophone, voir Bézier.

Béziers.mw-parser-output .entete.map{background-image:url("//upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7a/Picto_infobox_map.png")}
L'Orb, le Pont Vieux et la cathédrale Saint-Nazaire.
Blason
Logo Administration Pays  France Région Occitanie Département Hérault (sous-préfecture) Arrondissement Béziers (chef-lieu) Canton Bureau centralisateur de Béziers-1
Béziers-2
Béziers-3 Intercommunalité Béziers Méditerranée
(siège) Maire
Mandat Robert Ménard
2014-2020 Code postal 34500 Code commune 34032 Démographie Gentilé Biterrois Population
municipale 75 999 hab. (2015 ) Densité 796 hab./km2 Population
aire urbaine 171 010 hab. Géographie Coordonnées 43° 20′ 51″ nord, 3° 13′ 08″ est Altitude 17 m
Min. 4 m
Max. 120 m Superficie 95,48 km2 Localisation

Géolocalisation sur la carte : Béziers

Béziers

Géolocalisation sur la carte : Hérault

Béziers

Géolocalisation sur la carte : France

Béziers

Géolocalisation sur la carte : France

Béziers Liens Site web www.ville-beziers.fr modifier 

Béziers est une commune française située dans le département de l'Hérault en région Occitanie, traversée par l'Orb et entourée de vignobles et de la Méditerranée toute proche . Il pourrait s'agir de la plus vieille ville de France, avant Marseille : de multiples fouilles archéologiques entreprises depuis les années 1980 ont révélé que Béziers fut construite par les Grecs au VIIe siècle av. J.-C..

Avec 75 999 habitants en 2015, Béziers est la seconde commune de l'Hérault et la cinquième d'Occitanie. Son aire urbaine compte 171 010 habitants, au 53e rang national. Ses habitants sont appelés les Biterrois et Biterroises, de Baeterrae, le nom latin de la ville.

La renommée contemporaine de Béziers s'est faite à travers la viticulture, son équipe de rugby à XV ou encore sa feria, qui se déroule chaque été autour du 15 août.

Sommaire Géographie Géographie physique et environnement Carte de la commune.

La ville est située sur un majestueux promontoire dominant l'Orb et le canal du Midi et qui constitue un dernier contrefort du Massif central dans la plaine du Bas-Languedoc, au sein de ce qui fut un des plus grands vignobles du monde.

Béziers se situe à 12 km de la mer Méditerranée et à 50 km des montagnes moyennement élevées du Haut-Languedoc telles que le massif abrupt du Caroux (1 090 mètres d'altitude), l'Espinouse (1 124 m) et les monts de Lacaune, dans le Tarn (1 267 m).

Bénéficiant d'une superficie communale importante (9 548 hectares), Béziers est la commune la plus étendue du département de l'Hérault. Moins de la moitié de la superficie communale est urbanisée, le reste du territoire est composé d'espaces verts, de zones naturelles protégées et de zones agricoles (environ 2 000 hectares) principalement plantées en vignes.

La ville est proche de la ZPS Est et Sud de Béziers, élément important du réseau natura 2000 qui comprend deux grands groupements de milieux naturels :

  1. une grande zone à dominante cultivée (vignes) tramée ou ponctuée de haies et de petits bois,
  2. une zone littorale bordée d'un cordon dunaire, riche en zones humides (La Grande Maïre, Les Orpellières) abritant de nombreux oiseaux (souvent avec une part significative de l'effectif national), jugées de haute valeur patrimoniale et inscrites sur l'Annexe 1 de la Directive Oiseaux, ce pourquoi a été créé une Zone de Protection Spéciale (ZPS), pour par exemple l'outarde canepetière, l'œdicnème criard, le rollier d'Europe, qui apprécient la plaine agricole et ses milieux ouverts, ou le butor étoilé, le héron pourpré, le sterne pierregarin et le blongios nain qui, eux, sont inféodés aux zones littorales et humides.
Communes limitrophes Communes limitrophes de Béziers Corneilhan
Lignan-sur-Orb Lieuran-lès-Béziers
Bassan Boujan-sur-Libron
Servian Maraussan
Maureilhan
Montady Montblanc
Cers Colombiers
Lespignan Sauvian
Vendres Villeneuve-lès-Béziers Topographie urbaine

Du point de vue de l'aménagement urbain, Béziers se développe sur un plateau élevé surplombant l'Orb à l'Est, du fait du caractère inondable de la rive ouest de l'Orb. Quant au « Faubourg » situé dans la plaine alluviale, il a été victime, à maintes reprises, des crues aussi soudaines que violentes d'une rivière ordinairement très paisible.

À la bordure orientale de la vieille ville, les allées Paul-Riquet forment une vaste esplanade à l'emplacement des anciens fossés puis du jeu de Mail. Au nord, elles débouchent sur le théâtre, édifice inauguré en 1844, typique du style des théâtres dits « à l'italienne » ; au sud, sur le parc dit plateau des Poètes. Ce parc de cinq hectares, aménagé en 1867, est planté de nombreuses essences en provenance du monde entier. Béziers possède en outre sur son territoire, l'œuvre maîtresse du Canal du Midi voulu par Pierre-Paul Riquet, son inventeur, à savoir les neuf écluses de Fonserannes, site classé patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, tout comme le canal et le Pont-canal de l'Orb. Divers domaines viticoles entourent la ville dont le domaine de Rayssac, tout près de l'Orb, au nord-ouest de la ville, possédant une importante collection de faïences et céramiques et à la tête d'un domaine de 108 ha.

Les quartiers bourgeois du XIXe siècle aux beaux immeubles haussmanniens se sont développés dans le centre ville avec notamment la rue de la République, l'avenue Alphonse-Mas, la place de la Victoire, les allées Paul-Riquet, le début de l'avenue Georges-Clemenceau et l'avenue Jean-Moulin. Sur les allées Paul-Riquet sont situées les Galeries Lafayette dans un immeuble des années 1930, divers cafés et brasseries ainsi que de nombreux magasins qui longent cette esplanade longue de 600 mètres. Les halles de style Baltard qui sont situées dans le centre ville près de l'église de la Madeleine ont été restaurées en 1986 ; elles ont échappé de peu à la destruction dans les années 1970/80. Au-delà des grands boulevards se situent des quartiers plus modernes et résidentiels, arènes et piscine, anciens hôpital et cave coopérative. La vieille caserne des hussards implantée dans le quartier très prisé du Champ-de-Mars a été rasée en 1995 et, à la place, ont été construits dans un cadre verdoyant et aquatique un pôle universitaire (en 1996), deux centres culturels importants, en particulier la médiathèque André-Malraux dont l'architecture a été réalisée par le cabinet Wilmotte.

Le Stade de la Méditerranée accueille les rencontres de l'AS Béziers Hérault.

La place du Champ-de-Mars, ancienne place militaire également connue sous le nom de « Place du 14-Juillet », située au cœur d'un quartier huppé s'étendant au-delà de l'Université a été entièrement repensée, réaménagée, plantée de beaux palmiers, pavée de dalles de granit rose et agrémentée de majestueux jets d'eau. Le marché dit du vendredi qui s'y est tenu pendant de nombreuses années s'est alors retrouvé déplacé vers la place David D'Angers. L'expansion vers le nord (Le triangle : quartiers de la Sainte Famille / Bassins réservoirs / Médiathèques) s'est faite progressivement avec le déplacement géographique d'une bourgeoisie de centre-ville vers des quartiers verdoyants et beaucoup plus luxueux, tandis qu'au sud la gare et l'Orb formaient une barrière. La croissance récente a occupé de vastes espaces au sud-est, au-delà de la voie ferrée Béziers - Neussargues et jusqu'à l'autoroute A 9, sur près de 4 km : grands ensembles de la Devèze, vaste zone industrielle (Capiscol), hypermarchés avec centres commerciaux (Montimaran, Gayonne), parc des expositions, marché de gros, nouveau stade de la Méditerranée.

La construction est restée très modérée sur la rive occidentale (en zone inondable) bien que le « Faubourg » y ait accueilli quelques ateliers et une distillerie, des jardins, une plaine de jeux. Côté sud-ouest, la RN113 est accompagnée d'ateliers et entrepôts jusqu'à Colombiers dont la zone d'activités de Fontvieille.

Béziers est aussi un « nœud » de voies de communication : au-delà des voies fluviales (Orb et canal du Midi), Béziers est située au carrefour des routes RD612 (de Saint-Pons-de-Thomières, en provenance d'Albi et de Castres, vers Agde), RD613 (de Narbonne à Pézenas) mais aussi le CD11 (vers Capestang et Carcassonne) et le CD909 (vers Bédarieux) ainsi que des autoroutes A9 (vallée du Rhône-Espagne) et A75 (l'autoroute du Massif central).

Climat

Béziers bénéficie d'un climat méditerranéen (Csa). Les étés sont chauds et très secs et les hivers doux avec une luminosité importante. Béziers est sous l'influence de 2 vents principaux : la tramontane venant du nord-ouest est un vent froid et sec et qui souffle sous forme de fortes rafales et dégage le ciel ; mais le marin, lui, est un vent venant du sud est, il est doux, chaud et humide et apporte un ciel chargé, de la pluie ou des orages. En automne, le marin peut aussi provoquer des épisodes cévenols qui se caractérisent par de fortes pluies, orageuses ou non, engendrant régulièrement la crue de l'Orb. Béziers possède un ensoleillement annuel de plus de 2 500 heures notamment grâce à la tramontane qui chasse les nuages.

Les chiffres donnés ci-dessous s'appliquent à la période suivante : 1997 - 2010.

Relevé météorologique de Béziers Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année Température minimale moyenne (°C) 5,4 5,3 7,7 11 14,1 18,2 20,3 20 16,5 13,5 9,4 5,5 12,5 Température moyenne (°C) 8,1 8,5 11,2 14,3 17,7 22,2 24,4 23,9 20,3 16,6 12,1 8,3 15,9 Température maximale moyenne (°C) 10,8 11,6 14,6 17,6 21,3 26,1 28,5 28 24 19,6 14,8 11,1 19,3 Record de froid (°C) −4,5 −7,6 −3,3 −1 4,5 10,6 13 12,9 6,6 −0,4 −3,4 −7 −7,6 Record de chaleur (°C) 19,2 22,2 28,1 32,5 33,1 35,7 37 35,7 32 32,5 23,5 19 37 Nombre de jours avec gel 2,7 1,5 1 0,1 0 0 0 0 0 0,1 0,5 3 8,9 Précipitations (mm) 39 44,3 25,3 50,6 46,7 17,5 3,7 13,4 46,4 76,1 47,2 58,7 469,3 Record de pluie en 24 h (mm) 32 31 66,2 37 59 27,2 20,5 20 71 100 68 101 101 Nombre de jours avec précipitations 5,4 4,3 3,4 5,6 5 2,2 1,2 2,5 3,2 5,3 5,3 4,9 48,2 Source : meteo-climat-bzh.dyndns.org France 1985-2010, meteo-climat-bzh.dyndns.org, Station Béziers


Transports

Le projet d'une future gare TGV à Béziers Est, dans le cadre de la ligne nouvelle Montpellier - Perpignan, semble définitivement abandonné car l'actuelle gare (historique) de Béziers offre toutes les infrastructures et facilité d'accès qu'une nouvelle gare n'offrirait pas forcément (pour un coût bien plus élevé).

Toponymie

Le nom de la ville en orthographe occitane classique est Besièrs [beˈzjɛs], qui a été francisé en « Béziers ». La forme latine était Baeterrae, d'étymologie obscure, sans doute ibère ; elle est à l'origine du gentilé des habitants, les Biterroises et les Biterrois.

Histoire Les arènes antiques de Béziers. La cathédrale Saint-Nazaire de Béziers. Le pont-canal de Béziers sur l'Orb.

Béziers est une très vieille ville : 2700 ans d'histoire qui commencent avec l'installation d'une population exogène au début du VIe siècle av. J.-C. sur une acropole très anciennement fréquentée (industries du Paléolithique, occupations de la période chasséenne au Bosquet et au Crès, occupations du Néolithique final / Chalcolithique, occupations de l'âge du bronze moyen et final, ainsi que du premier âge du fer).

Durant l'âge du fer (VIIIe – IIe siècle av. J.-C.), Béziers constitue l'un des principaux oppida de la Celtique méditerranéenne, occupé par les Elisyques. Dès la première moitié du VIe siècle av. J.-C. l'occupation se densifie et se structure selon une trame pérenne. Les productions locales de céramiques, déjà nombreuses, sont quasi exclusivement tournées et l'influence très hellénisante. Ce noyau ancien connaît à la fin du VIe siècle avant notre ère, un important développement aboutissant à l'urbanisation dense de plus de 35 hectares. Tant par les productions locales de céramiques tournées dont plusieurs ateliers de potiers ont été déjà fouillés, que par l'urbanisme, l'architecture publique et privée, les matériaux (dont les tuiles de couverture de type corinthien, fréquentes dès le Ve siècle avant notre ère, les artisanats, les commerces, les consommations (dont l'alimentaire), la ville s'avère très singulière. Cette problématique, excessivement passionnante et passionnée devrait alimenter encore pour de nombreuses années, au gré des opportunités de fouilles, les débats scientifiques dont les implications dépassent largement le seul cadre régional. Après un hiatus au IIIe siècle avant notre ère (ou une très forte récession de l'espace urbain, encore non localisée pour cette période), la ville est réoccupée par une population volque sur les ruines de la précédente.

Antiquité

Après la refondation de Narbonne et la fondation de la colonie romaine d'Arles par Jules César en 45 av. J.-C., Octave durant le triumvirat, fonda en 36 av. J.-C. en territoire volque la Colonia Urbs Julia Septimanorum Baeterra, colonie de droit romain où s'installent des colons romains, vétérans de la Septième légion de Jules César. Située à quelques kilomètres de la mer Méditerranée sur le fleuve Orb, traversée par la Via Domitia qui relie l'Italie à l'Espagne, Baeterrae, nom antique de Béziers, prospère jusqu'au IIIe siècle où l'insécurité ambiante amène la cité à construire des murailles.

L'itinéraire de l'Anonyme de Bordeaux passe dans la région et mentionne ce site.

En 2006, lors de la construction du centre pénitentiaire du Gasquinoy, des fouilles archéologiques ont permis de découvrir deux fermes gallo-romaines, datées des Ier et IIe siècles de notre ère, comprenant des installations vinicoles.

Moyen Âge Article détaillé : Bataille de Poitiers (732)#L'arrêt d'une invasion ?.

Les invasions barbares touchent de plein fouet Béziers, au centre d'une Narbonnaise très disputée : d'abord aux mains des Wisigoths au VIe siècle, elle est bientôt conquise par les musulmans au début du VIIIe siècle, puis par les Francs qui, sous la bannière de Charles Martel s'en emparent en 737.

Pendant la suite du Moyen Âge, Béziers est le siège d'un évêché puis bientôt, grâce à Charlemagne, d'un comté. Béziers continue à se fortifier, notamment au début du XIIe siècle, au moment de la grande guerre méridionale entre la maison d'Aragon et la maison de Toulouse, et son enceinte, englobant les bourgs de Capnau, Saint-Aphrodise et Saint-Jacques, prend sa forme définitive.

L'élimination des Bérenger (1067) livre la ville, sous forme de vicomté aux appétits des comtes de Carcassonne, vicomtes de Béziers, Agde, Narbonne, Nîmes, Rouergue. Cela sera prétexte à l'entrée en force des Berenger de Barcelone et à la ruine de la famille de Carcassone, et le début de la grande guerre méridionale (mariage du roi Ramon Berenger et de Douce, comtesse du Gévaudan, 1112). La lutte des Berenger de Narbonne et des derniers Trencavel est aussi une lutte d'influence géostratégique entre Barcelone et Toulouse, ce qui explique l'ampleur du conflit, et peut être aussi l'intervention française sous couvert de croisade, qui mit tout le monde d'accord un siècle plus tard… Contrairement aux affabulations parfois répandues, c'est le duc d'Aquitaine Guilhem IX qui déclenche les grandes hostilités, en capturant Toulouse (1100) pendant que le comte est en terre sainte. Il devra officiellement rendre la ville sous la pression morale de l'église et de l'aristocratie. Mais le chaos qui s'ensuit est presque inextricable : tous les comtes et vicomtes sont reconnus légitimes par un des deux grands (Barcelone ou Toulouse) et les agents de Guilhem IX entretiennent le chaos. En 1142, les Trencavel de Beziers prennent officiellement parti pour les catalans. Le comte de Toulouse réagit en s'alliant à l'évêque de Béziers (1152). Raimond-Roger Trencavel est fait prisonnier par Raimond de Toulouse (1155) puis relâché contre rançon. Il est assassiné le 15 octobre 1167 dans l'église de la Madeleine.

En 1187, la vicomté d'Agde est séparée de la famille des Trencavel, pour revenir à Bernard Aton VI (qui capitulera devant Simon de Monfort, 20 ans plus tard). En 1198, Innocent III est élu pape, en promettant de réduire l'hérésie Cathare. Pendant ce temps, la guerre continue entre Raimond Trencavel et ses alliés et les Raimond de Toulouse et leurs alliés.

Sac de Béziers (1209) Article détaillé : Sac de Béziers.

Le 14 janvier 1208, le pape Innocent III décide de lancer une croisade contre les Cathares. Autour de Simon de Montfort fraichement revenu de Terre sainte, la croisade est menée par de grands barons du Nord : Eudes III, Hervé IV de Donzy, comte de Nevers, Gaucher III de Châtillon. Arnaud Amaury est désigné par le pape chef de la croisade qui est rejointe par le comte Raymond VI de Toulouse. Les croisés décident d'attaquer les vicomtés de Béziers, du Razès, d'Albi et de Carcassonne. Le vicomte de Béziers, Raimond-Roger Trencavel, galvanisant les Bitterois derrière de puissants remparts, entreprend de résister aux assauts des croisés du Nord venus châtier les seigneurs soutenant les hérétiques « Albigeois ». Lors de l'assaut du 22 juillet 1209, des croisés non encadrés, et parmi eux beaucoup de ribauds avides de pillage, pénètrent dans la cité. Quelques centaines d'habitants de Béziers sont passés par les armes ou périssent dans le feu.

Le massacre est illustré par la formule terrible « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ! », restée dans les mémoires et peut-être apocryphe. Elle a été attribuée par le moine allemand Césaire de Heisterbach à Arnaud Amaury, abbé de Citeaux et légat du pape dans le Livre des miracles, Dialogus Miraculorum. Selon Césaire de Heisterbach, lors du sac de Béziers, quand les soldats d'Arnaud Amaury lui auraient demandé : « comment distinguer les bons fidèles des hérétiques ? », il aurait eu cette formule cathartique « Cædite eos. Novit enim Dominus qui sunt eius. » Ce chroniqueur est le seul à rapporter ces paroles. Selon Régine Pernoud, Césaire de Heisterbach écrit 60 ans après les événements, et était « pourvu d'une imagination ardente et fort peu soucieux d'authenticité historique ». La citation a suscité beaucoup de discussions, et Jacques Berlioz lui a consacré un ouvrage entier, où il juge qu'elle est vraisemblable.

Les chroniqueurs estiment le nombre de morts entre 15 000 et 22 000. Le chroniqueur Pierre des Vaux de Cernay parle de 7 000 personnes massacrées dans la seule église Sainte-Madeleine. Ces chiffres sont manifestement exagérés, la population de Béziers à l'époque n'excédant pas 10 000 habitants. Certains estiment le nombre de morts à la moitié de la population, Jacques Berlioz à quelques centaines, Jean-Pierre Leguay à 7 000 personnes.

Bas Moyen Âge

La cathédrale de Béziers est reconstruite, Béziers intégrée au domaine royal en 1247.

La ville est alors aux mains de trois pouvoirs : l'évêché, qui connaît son apogée au XVIe et au XVIIe siècle quand il est occupé par la famille des Bonsi, alliée aux Médicis ; le consulat, créé à la fin du XIIe siècle ; et enfin le roi, représenté par un viguier pour les affaires judiciaires, puis par un subdélégué de l'intendant à partir du XVIIe siècle.

Béziers n'est pas inquiétée pendant la guerre de Cent Ans.

En 1381, le 8 septembre, une émeute aboutit au siège du conseil municipal enfermé dans la maison commune par leurs concitoyens, ; les conseillers se réfugient dans la tour de la maison. L'incendie est porté dans la tour, et les conseillers meurent tous par le feu ou en sautant de la tour sur la place.

Temps modernes

Charles IX passe dans la ville lors de son tour de France royal (1564-1566), accompagné de la Cour et des Grands du royaume : son frère le duc d’Anjou, Henri de Navarre, les cardinaux de Bourbon et de Lorraine. En 1551, Béziers devient le siège d'une sénéchaussée par distraction de la sénéchaussée de Carcassonne. Elle sert de base arrière pendant toutes les guerres de l'époque moderne : surtout contre les Habsbourg. Elle n’est réellement en danger qu'en 1710 quand les Britanniques, au cours de la guerre de succession d'Espagne (1701-1714), débarquent à Sète et poussent jusqu'à quelques kilomètres de Béziers avant d'être repoussés par le duc de Roquelaure. Béziers est par ailleurs au cœur de la révolte de Montmorency en 1632 : c'est là que se retrouvent Gaston d'Orléans et le gouverneur de la province au début de la rébellion, c'est là aussi que le roi, par l'édit de Béziers, en octobre 1632, supprime les privilèges de la province, rétablis en 1649.

Au cours du XVIIIe siècle, Béziers prospère, notamment grâce à la culture de la vigne qui lui permet d'être un important centre de négoce d'alcool.

Révolution française

Lors de la Révolution française, les citoyens de la commune se réunissent au sein de la société révolutionnaire créée en mai 1790, qui connut plusieurs noms successifs : d’abord « cabinet littéraire et patriotique » dans la lignée des lieux de sociabilité d’Ancien Régime, elle devient la « société des amis de la constitution et de la liberté ». Affiliée au club des jacobins de Paris, elle devient la « société des Jacobins » ; puis la chute de la monarchie provoque deux changements de noms : « société des frères et amis de la République » puis « société régénérée des jacobins, amis de la République » ; elle compte jusqu’à 400 membres et est installée aux pénitents blancs.

De 1790 à 1800, Béziers est le chef-lieu du district de Béziers. La ville ne prend pas part au mouvement des fédéralistes, bien que située dans une région girondine.

XIXe siècle La ville est raccordée au chemin de fer en 1857, avec l'ouverture de la gare de Béziers, vue ici au début du XXe siècle.

En 1851, Béziers est une des seules villes à se révolter contre le coup d’État du prince-président Louis-Napoléon Bonaparte.

À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Béziers connaît son âge d'or, compromis par la crise de mévente du vin qui survient au début du XXe siècle. La région, touchée plus tard que les autres par le phylloxéra, n'a pas eu trop à en souffrir car l'on sait déjà comment y remédier. Au cours du XIXe, la population passe de 15 000 à 50 000 habitants, la ville s'étend, des arènes sont construites, de grandes artères sont percées, de nombreux immeubles de style haussmannien élevés partout dans la ville. Au sud des allées Paul-Riquet est aménagé un étonnant parc à l'anglaise réunissant des essences peu communes sous des latitudes méditerranéennes, le Plateau des poètes), réalisé par les frères Bühler, paysagistes.

La révolte des vignerons du Languedoc à Béziers

Alors que partout ailleurs, en France, la surface plantée en vignes est en régression, elle augmente dans les départements de l'Aude, du Gard, de l'Hérault et des Pyrénées-Orientales. À eux quatre, ils fournissent 40 % de la production française de vin.

Le Haut Languedoc, et plus particulièrement le Biterrois et Béziers, autoproclamée Capitale mondiale du vin, s'enrichissent rapidement. De grandes fortunes se forment. De grands propriétaires terriens, issus de l'industrie, de la finance ou des professions libérales, possèdent d'immenses domaines de plusieurs dizaines d'hectares et construisent des châteaux pinardiers.

Pour faire face à la concurrence étrangère, des vins trafiqués apparaissent sur le marché. Les fraudeurs dénoncés restent impunis. En 1892, les viticulteurs du Midi réclament « la suppression du sucrage officiel et le rétablissement des droits de douanes ».

Mais le marché reste en partie occupé par des vins élaborés à partir de raisins séchés importés (type raisins de Corinthe), de vins dits « mouillés » (allongés d’eau), chaptalisés ou même élaborés sans raisin. Si les vignerons accordent une grande importance à cette concurrence déloyale, qui existe, elle ne représente pas plus de 5 % du marché.

Article détaillé : Révolte des vignerons du Languedoc en 1907. Les manifestants remontant les allées Paul-Riquet le 12 mai 1907. Les soldats du 17e, sur les allées Paul-Riquet. À l’arrière-plan, on distingue une foule de sympathisants. Le tramway de Béziers est mis en service en 1879. Il dessert la ville, ici à la place de la République, jusqu'en 1948, année où ses lignes sont remplacées par un réseau d'autobus.

Le 12 mai 1907, le rassemblement de Béziers pour défendre la viticulture méridionale voit 150 000 manifestants envahir les allées Paul-Riquet et le Champ-de-Mars. Les slogans des banderoles affirment : La victoire ou la mort !, Assez de parole, des actes, Mort aux fraudeurs, Du pain ou la mort, Vivre en travaillant ou mourir en combattant,. Les manifestants, qui venaient de plus de 200 communes, ont été rejoints par de nombreux employés et commerçants biterrois. La manifestation est clôturée par les discours prononcés sur la place de la Citadelle, aujourd'hui Jean-Jaurès. Prennent la parole Marcelin Albert qui lance un ultimatum au gouvernement en lui demandant de relever le cours du vin, Ernest Ferroul qui prône la grève de l’impôt et le maire de Béziers, Émile Suchon, proche de Clemenceau, qui prend position pour les viticulteurs en lutte. Il y eut quelques incidents légers lors de l'appel à la dispersion des manifestants.

Le 16 mai, le conseil municipal de Béziers, de tendance radical-socialiste, démissionne. La pression de la rue continue. Le poste de Police et la façade de la mairie sont incendiés. Alerté, Georges Clemenceau décide de contre attaquer. Le 17e régiment d'infanterie de ligne composé de réservistes et de conscrits du pays, est muté sur ses ordres de Béziers à Agde le 18 juin 1907.

Le soir du 20 juin, apprenant la fusillade de Narbonne, environ 500 soldats de la 6e compagnie du 17e régiment se mutinent, pillent l’armurerie et prennent la direction de Béziers.

Ils parcourent une vingtaine de kilomètres en marche de nuit. Le 21 juin, en début de matinée, ils arrivent en ville. Accueillis chaleureusement par les Biterrois, « ils fraternisent avec les manifestants, occupent les allés Paul-Riquet et s'opposent pacifiquement aux forces armées en place ». Les soldats s'installent alors sur les Allées Paul Riquet, mettent crosse en l’air. La population leur offre vin et nourriture.

Le Midi est au bord de l'insurrection. À Paulhan, la voie ferrée est mise hors service par des manifestants qui stoppent ainsi un convoi militaire chargé de mater les mutins. À Lodève, le sous-préfet est pris en otage. Les autorités militaires ne peuvent accepter cette mutinerie. L'exemple du 17e régiment peut donner des idées similaires à d'autres régiments de la région.

À Paris, la République tremble, Clemenceau doit faire face à un vote de défiance. Il joue son va-tout en intimant au commandement militaire de chasser les mutins dans la journée. Il y a négociation, et dans l’après-midi, après avoir obtenu la garantie qu’aucune sanction ne leur sera infligée, les soldats du 17e déposent les armes et se dirigent vers la gare sous bonne escorte et sans aucun incident majeur. Le 22 juin, par train, ils regagnent leur caserne agathoise. Clemenceau annonce la fin de la mutinerie et obtient la confiance au gouvernement par 327 voix contre 223. Le 23 juin une loi est enfin votée, qui réprime la chaptalisation massive des vins,.

La négociation et l’ampleur du mouvement permettent d’éviter une punition collective : les mutins du 17e sont affectés à Gafsa (Tunisie), lieu de cantonnement de compagnies disciplinaires ; mais ils restent en dehors de ce cadre, sous un statut militaire ordinaire. Il n'y eut donc pas de sanctions pénales à la révolte du 17e, contrairement à la légende qui courut à ce sujet. Cependant, durant la Première Guerre mondiale, poursuivis par leur réputation de déserteurs, ils furent nombreux à être envoyés en première ligne notamment dans les assauts sanglants de 1914. C'est à la suite de ces événements que, désormais, les conscrits effectueront leur service militaire loin de chez eux. La mutinerie des soldats du 17e est restée célèbre notamment par les paroles de la chanson de Montéhus Gloire au 17e, dont le refrain clame : Salut, salut à vous, / Braves soldats du dix-septième….

Le quartier (ZUP) de La Devèze construit à la fin des années 1960 et abritant environ 10 000 habitants. La barre de Capendeguy, plus gros bâtiment du quartier, a été dynamitée le 27 janvier 2008. Période contemporaine

En 1939, la caserne Mauraussan a été utilisé à la fois comme camp et comme hôpital pour les républicains espagnols. Entre janvier et juin, 1 238 espagnols y ont été soignés par un personnel médical franco-espagnol.

Le 5 juillet 1944, la ville est bombardée par la 15th USAAF et des appareils de la mission Shuttle, avant d’être libérée par la 1re DFL (division française libre).

Bien après la Seconde Guerre mondiale, l'heure d'un certain déclin sonne pour Béziers. D'abord à travers la chute des prix du vin, puis par la crise des industries classiques. Le Nord de la ville est transformé par la construction de quelques ensembles d'HLM (La Devèze, L'Iranget, La Dullague) après l'arrivée des rapatriés d'Algérie (les pieds-noirs) et, progressivement, Béziers est rongée par l'un des fléaux de l'époque actuelle : un taux de chômage particulièrement élevé. À partir du recensement de 1975 et jusqu'en 1990, la population décline et passe de 84 000 à 70 000 habitants.

Pour autant, Béziers a bénéficié depuis les années 1960 de l'essor touristique du golfe du Lion. Les Biterrois peuvent poursuivre leurs études à Béziers depuis la création de l'IUT en 1992 et du centre universitaire en 1996. La ville connaît actuellement une nouvelle phase de développement associé à un nouvel essor démographique qui profite à l'ensemble de l'agglomération de Béziers grâce notamment à l'arrivée de l'A75 (Clermont-Ferrand - Béziers) et une répercussion par ricochet de l'effervescence montpelliéraine. En 2008, l'artiste plasticien Guillaume Bottazzi peint sur les Mûriers Blancs une œuvre contemporaine de 3 000 m2 environ TV FR3. La réhabilitation du centre historique et les grands projets d'aménagement urbanistique sont les signes d'un nouveau départ. Depuis 2005, la municipalité, dans le cadre de l'ANRU, a lancé un grand chantier de restructuration du quartier populaire de la Devèze. Le 27 janvier 2008, la « barre Capendeguy », barre HLM de 500 logements construite en 1972, a été démolie. De nos jours subsistent encore de nombreux quartiers délabrés en centre-ville et une pauvreté affichée s'est installée en lieu et place d'une bourgeoisie retranchée préférant les quartiers verdoyants et très prisés de l'Université (Champ de Mars) voire des Arènes... Aussi, le nombre de logements vacants (mais encore vétustes) demeure important en centre ville malgré un important programme de restauration entrepris depuis quelque temps.

Politique et administration Les maires de Béziers La mairie de Béziers.Article détaillé : Liste des maires de Béziers. Liste des maires depuis la Libération Période Identité Étiquette Qualité 1944 1947 Joseph Lazare PCF Ouvrier ébéniste, sénateur 1953 1967 Émile Claparède PRRS Commerçant 1967 1977 Pierre Brousse UDF-RAD Sénateur, chargé de mission 1977 1983 Paul Balmigère PCF Ouvrier agricole, député (1962-1968 et 1972-1986) 1983 1989 Georges Fontès PSD puis RPR Député, directeur de la CPAM et URSSAF 1989 1995 Alain Barrau PS Député, économiste 1995 2014 Raymond Couderc UDF / DL puis UMP Sénateur, professeur d'université 2014 2020 Robert Ménard Soutenu par le FN, DLR, le MPF et le RPF Journaliste Le conseil municipal Conseil municipal de Béziers (mandature 2014-2020). Liste Tendance Président Effectif Statut « Choisir Béziers » Soutenu par le FN, DLR, le MPF et le RPF Robert Ménard 37 Majorité « Pour la renaissance de Béziers » UMP Élie Aboud 8 Opposition « Béziers résistante, solidaire » PS Jean-Michel Du Plaa 4 Opposition Municipales 2008 et 2014

Les élections municipales de 2008 ont mis en place l'équipe de Raymond Couderc pour un troisième et dernier mandat. Lors des élections municipales françaises de 2014, le député UMP Élie Aboud est battu lors d'une triangulaire par la liste menée par Robert Ménard, soutenu par le Front national, Debout la République, le Mouvement pour la France et le Rassemblement pour la France,.

Les cantons Le découpage des cantons dans Béziers.

Béziers est chef-lieu, jusqu'en mars 2015 de quatre cantons : Béziers I, Béziers II, Béziers III et Béziers IV, et illustrés ci-contre. Ils sont représentés au Conseil général de l'Hérault respectivement par Georges Fontès (UMP), Gérard Gautier (UMP), Philippe Vidal (PS) et Jean-Michel Du Plaa (PS).

Le redécoupage prenant effet en mars 2015, avec les élections départementales, met en place trois nouveaux cantons.

Sécurité et secours

Béziers est équipé d'une caserne de pompiers, d'une prison, d'une brigade de proximité de gendarmerie et d'un commissariat de police nationale.

La ville dispose également d'une police municipale dont l'effectif passe de 41 à 80 agents en 2015. Elle comporte une brigade canine ainsi qu'un dispositif de vidéosurveillance du centre-ville. Elle est équipée de pistolets 7,65 automatiques depuis février 2015. Le 12 août 2015, la police municipale est la première de France à recevoir un drapeau. Le développement de cette police depuis l'élection de Robert Ménard suscite des polémiques très médiatisées à l'échelle nationale.

Justice

Béziers est le siège d'un tribunal d'instance et d'un tribunal de grande instance.

Jumelages Population et société Démographie

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,.

En 2015, la commune comptait 75 999 habitants, en augmentation de 7,11 % par rapport à 2010 (Hérault : +7,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population   1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 12 50114 53514 56516 14016 76916 23318 87419 59619 333 Évolution de la population  , suite (1) 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 23 55724 27027 72231 46838 22742 91542 78545 47548 012 Évolution de la population  , suite (2) 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 52 31052 26851 04256 00865 75471 52773 30564 56164 929 Évolution de la population  , suite (3) 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 73 53880 48184 02976 64770 99669 15372 24571 43275 999 De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006.) Histogramme de l'évolution démographique Immigration

En 2012, selon l'Insee, Béziers compte 9 092 immigrés sur une population de 72 970 habitants soit 12,5 % de la population totale. Parmi eux 2,9 % sont originaires d'un pays d'Europe et 9,6 % d'un pays non européen (dont 6,9 % d'un pays du Maghreb). Selon Michèle Tribalat, en 2011, près de 30 % des jeunes de moins de 18 ans vivant à Béziers ont au moins un parent immigré né dans un pays non européen (dont 22 % du Maghreb et 4 % de Turquie).

Enseignement Enseignement primaire

Près de 4 000 enfants sont inscrits dans les écoles primaires de la ville (27 écoles maternelles dont 6 privées, 28 écoles élémentaires dont 6 privées).

Enseignement secondaire

La ville compte 9 collèges, 1 lycée classique réputé proposant une classe préparatoire (Khâgne B/L) aux Grandes Écoles, 2 lycées d'enseignement général et technologique proposant de nombreuses formations en BTS et 3 lycées professionnels.

Collèges publics

Collèges privés

Lycées d'enseignement général et technologique publics

Lycées d'enseignement général et technologique privés

Lycées professionnels publics

Lycées professionnels privés

Enseignement supérieur L'antenne de l’université Paul-Valéry (centre Duguesclin).

Le Clesi-ESEM France possède un campus à Béziers. Elle est la seule école médicale et paramédicale privée en France qui dispense une formation en kinésithérapie et en odontologie. L'école propose aussi une préparation au concours d'infirmier. Contrairement à l'enseignement public l'admission à l'ESEM France ne se fait pas sur concours PACES et contourne ainsi le Numerus Clausus.

En 2013, une classe préparatoire lettres et sciences humaines (Hypokhâgne BL) s'est ouverte au Lycée Henri-IV.

Le Centre inter-régional de développement de l'occitan - Mediatèca occitana (CIRDOC), est le plus important centre de ressources sur la langue et civilisation occitanes en France.

Le groupe d'enseignement supérieur associatif SUPEXUP est présent à Béziers (résidence Chapat, sur les Allées Paul Riquet) depuis 2009, et délivre des formations bac +2 et bac+3 (reconnues par l'Etat) dans 3 facultés : immobilier (école de la FNAIM de l'Hérault), commerce et communication, gestion et ressources humaines.

Avec l’IUT de Béziers (université de Montpellier) et plusieurs STS/BTS (lycées Jean-Moulin, Henri IV et La Trinité), et le développement du site universitaire Du Guesclin (université Paul-Valéry, Montpellier-3) au Champ de Mars, Béziers compte, en 2015, plus de 1 500 étudiants mais ne bénéficie pas encore de toutes les infrastructures d’une ville étudiante : restaurant universitaire privé, pas de cité universitaire, absence de nombreux services universitaires de vie étudiante (SCUIO, SCAC, etc.), mais absence palliée en partie par les activités du dynamique service jeunesse de l’Agora.

Sports Rugby
L'AS Béziers

La ville de Béziers fut pendant de nombreuses années la capitale française du rugby à XV. En effet, l'ASBH remporta 11 titres de champion de France entre 1961 et 1984 et joua 15 finales. Les joueurs aux couleurs « Rouge et Bleu » faisaient trembler les équipes du rugby français de cette fameuse époque.

En 1968, sous la houlette de Raoul Barrière, l’équipe décroche le titre de champion de France Juniors. À partir de cette ossature, Raoul Barrière, le « sorcier de Sauclières », construit l'équipe qui rentre dans la légende comme « les Invincibles » et qui collectionne les Brennus en 1971, 1972, 1974, 1975, (finaliste en 1976), 1977 et 1978, avec Richard Astre comme capitaine et des joueurs mythiques comme Jean-Louis Martin, Alain Paco, Armand Vaquerin, Alain Estève, Georges Senal, Olivier Saïsset, Jack Cantoni, Henri Cabrol et une longue liste d'internationaux.

Le départ de Barrière et d'Astre, à la suite d'une crise du club, n'empêche pas le succès dans la course au titre en 1980, 1981, 1983 et 1984.

Béziers détient aussi 4 challenges Yves du Manoir (1964, 1972, 1975 et 1977) et une Coupe de France (1986).

La fin de l'hégémonie coïncide avec le tragique décès du capitaine Pierre Lacans en 1985. Depuis, et avec le passage obligé du rugby au professionnalisme, le club connaît des succès divers, naviguant entre le Top 14 et la fédérale 1, avec le passage entre autres de joueurs français de renom comme Richard Dourthe, Pierre Mignoni, Thibaut Privat, Sébastien Bruno ou bien Richard Castel et même d'étrangers comme l'international australien Warwick Waugh, le fabuleux flanker néo-zélandais Angus Gardiner, sans parler du buteur argentin Diego Giannantonio. Actuellement, le club évolue au stade de la Méditerranée. Malgré cette perte de domination, l'ASBH a pu bénéficier pendant plusieurs années d'un excellent centre de formation, produisant de très bons joueurs de qualité tel que Yannick Nyanga ou Dimitri Szarzewski voire, plus récemment, Damien Vidal.

L'ASBH est connu pour ses supporters et leurs cris « aqui aqui es besiers »

Autres clubs

En rugby à XV Béziers a également eu comme clubs :

Rugby à XIII

La ville de Béziers ne compte plus de club de rugby à XIII.

Autres sports

La commune de Béziers est présente dans d'autres sports, comme :

Économie Revenus de la population et fiscalité

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 19 092 €, ce qui plaçait Béziers au 30 879e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole.

Emploi

Le taux de chômage, en 2014, pour la commune s'élève à 22,3 %, un chiffre nettement supérieur à la moyenne nationale (10,4 %),.

Autre Nouveaux quartiers Culture locale et patrimoine Architecture sacrée

Église catholique

Quelques églises de Béziers

Église réformée de France

Islam

Patrimoine environnemental Les écluses de Fonserannes. Le domaine de Saint-Jean-d'Aureilhan, tour de style néo-gothique (XIXe siècle). Architecture civile Patrimoine culturel Lieux de culture Musées Théâtres, salles de spectacles et de concerts Biterrois célèbres Artistes Philosophe Politiques Jean Moulin honoré à Béziers. Parc des Poêtes. Scientifiques Sportifs Militaires Vedettes Autres Autres Emblèmes de la ville Blason Béziers Drapeau Béziers Logotype Béziers (1989-1995) Béziers (1996-2012) Béziers (2012-2014) Béziers (depuis le 9 avril 2014) Animal totemique

Comme de nombreuses communes de l'Hérault, Béziers possède son animal totémique, il s'agit du chameau, lequel trouve son origine dans la légende de Saint Aphrodise.

Voir aussi .mw-parser-output .autres-projets ul{margin:0;padding:0}.mw-parser-output .autres-projets li{list-style-type:none;list-style-image:none;margin:0.2em 0;text-indent:0;padding-left:24px;min-height:20px;text-align:left}.mw-parser-output .autres-projets .titre{text-align:center;margin:0.2em 0}.mw-parser-output .autres-projets li a{font-style:italic}

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes Liens externes Notes et références Notes
  1. ↑ Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  2. ↑ Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
Références
  1. ↑ EMMANUELLE BOILLOT Béziers est bien la ville la plus ancienne de France
  2. ↑ Ludovic Trabuchet, « Des révélations sur le passé grec de Béziers », sur www.midilibre.fr.
  3. ↑ http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/esl/comparateur.asp?codgeo=au2010-053
  4. ↑ BIOTOPE et CEN LR (Diagnostic écologique préalable à l’élaboration du document d’objectifs de la ZPS « Est et Sud de Béziers» ; FR 9112022. Inventaire et description biologique, analyse écologique, avril 2011
  5. ↑ Dominique Garcia, La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence. VIIIe-IIe siècles av. J.-C., éditions Errance, Paris, 2004, (ISBN 2-87772-286-4)
  6. ↑ a et b rapport d'activité 2006 de l’Inrap page 97
  7. ↑ Régine Pernoud, Pour en finir avec le Moyen Âge, éditions Seuil, collection Points Histoire, p. 14
  8. ↑ Jacques Berlioz, « Tuez-les tous, Dieu reconnaîtra les siens ». La Croisade contre les Albigeois vue par Césaire de Heisterbach, Portet-sur-Garonne, Loubatières, 1994
  9. ↑ Le chiffre de 20 000 morts est cité dans le rapport que les légats adressent au pape Innocent III
  10. ↑ Colloque « Béziers ville occitane ? », 2006
  11. ↑ Jean-Pierre Leguay, Les catastrophes au Moyen Age, Paris, J.-P. Gisserot, coll. « Les classiques Gisserot de l'histoire », 2005, 224 p. (ISBN 978-2-877-47792-5 et 2-877-47792-4, OCLC 420152637)., p. 38.
  12. ↑ Leguay (2005), op. cit., p. 42.
  13. ↑ Pierre Miquel, Les Guerres de Religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8)., p. 255
  14. ↑ « Les Halles de Béziers, monument classé historique », sur www.halles-beziers.com (consulté le 19 janvier 2016).
  15. ↑ Jean-François Dubost, « Le réseau des Sociétés Politiques dans le département de l'Hérault pendant la Révolution Française (1789-1795) », Annales historiques de la Révolution française, no 278, 1989. p. 413.
  16. ↑ Dubost, ‘’Le réseau des sociétés…’’, op. cit., p. 414
  17. ↑ a et b Emmanuel Le Roy Ladurie, 1907, le millésime de la colère. L’Histoire no 320, mai 2007, p. 64
  18. ↑ 1907 La Révolte des Vignerons
  19. ↑ Emmanuel Le Roy Ladurie, 1907, le millésime de la colère. L’Histoire no 320, mai 2007, p. 65.
  20. ↑ a, b, c, d, e et f Midi 1907, l'histoire d'une révolte vigneronne
  21. ↑ La crise viticole de 1907 sur le site histoireduroussillon.free.fr
  22. ↑ a, b et c Révoltes vigneronnes 1907, Languedoc, 1911, Champagne
  23. ↑ Jules Maurin et Rémy Pech, 1907, les mutins de la République : la révolte du Midi viticole, Toulouse, Privat, 2007, 329 p
  24. ↑ Vincent PARELLO, « Des camps de réfugiés espagnols de la guerre civile dans l’Hérault », Mélanges de la Casa de Velázquez, no 41,‎ 2001, p. 233-249 (lire en ligne)
  25. ↑ Stéphane Simonnet, Claire Levasseur (cartogr.) et Guillaume Balavoine (cartogr.) (préf. Olivier Wieviorka), Atlas de la libération de la France : 6 juin 1944- 8 mai 1945 : des débarquements aux villes libérées, Paris, éd. Autrement, coll. « Atlas-Mémoire », 2004 (1re éd. 1994), 79 p. (ISBN 978-2-746-70495-4 et 2-746-70495-1, OCLC 417826733, notice BnF no FRBNF39169074), p. 32
  26. ↑ YouTube - Guillaume Bottazzi -TV Beziers 2009
  27. ↑ Sénateur Biographie
  28. ↑ Liste des élus au conseil municipal de Béziers.
  29. ↑ « Municipales : les villes qui ont basculé », Le Monde, 30 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  30. ↑ Nolwenn Le Blévennec, Audrey Cerdan, « Municipales : voici les dix maires lepénistes de France », Rue89, 30 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  31. ↑ Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  32. ↑ Résultats des élections cantonales de 2008 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  33. ↑ Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  34. ↑ Résultats des élections cantonales de 2011 sur le site du Ministère de l'Intérieur
  35. ↑ « Pompier à Béziers », sur 118000.fr.
  36. ↑ « Echauffourée entre gardiens de prison et policiers à Béziers », sur France 3 Languedoc-Roussillon.
  37. ↑ « Brigade de proximité de gendarmerie de Béziers », sur lannuaire.service-public.fr.
  38. ↑ « Commissariat de police de Béziers », sur lannuaire.service-public.fr.
  39. ↑ « Police Municipale », sur ville-beziers.fr.
  40. ↑ « Béziers : la police municipale patrouille armée depuis dimanche », sur Midi libre.
  41. ↑ « Tensions entre Robert Ménard et le préfet de l’Hérault autour du drapeau de la Police Municipale de Béziers », sur lengadoc-info.com.
  42. ↑ « Taiwan accentue sa coopération avec la ville de Béziers », sur taiwaninfo.nat.gov.tw (consulté le 28 juin 2015)
  43. ↑ « BÉZIERS/MAALOULA | Site Officiel de la Ville de Béziers - Hérault », sur www.ville-beziers.fr (consulté le 28 juin 2015)
  44. ↑ L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee
  45. ↑ Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. ↑ Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  47. ↑ IMG1B - Les immigrés par sexe, âge et pays de naissance, Insee 2012
  48. ↑ Michèle Tribalat, Statistiques ethniques, une querelle bien française, L'artilleur , 2016, p.252
  49. ↑ Site officiel de l'ESEM France.
  50. ↑ Souvenir de Fraicheur Béziers
  51. ↑ « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 30 août 2017)
  52. ↑ « Comparateur de territoires−Commune de Béziers (34032) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 30 août 2017)
  53. ↑ « Le taux de chômage augmente de 0,1 point au quatrième trimestre 2014 - Informations rapides | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 30 août 2017)
  54. ↑ Plan d'aménagement du quartier de l'Hours-Quartier Wilson sur le site de la SEBLI
  55. ↑ André-Malraux rafle le Grand prix
  56. ↑ Béziers, le renouvellement urbain du quartier de la Devèze
  57. ↑ YouTube - TV- Guillaume Bottazzi - TV studio - FR3
  58. ↑ (en) « Jean-Bernard Pommier », Wikipedia,‎ 30 décembre 2016 (lire en ligne)
  59. ↑ http://commons.wikimedia.org/wiki/File:ARENES_DE_BEZIERS_(entr%C3%A9e).JPG
v · mLes 17 communes de la communauté d’agglomération de Béziers Méditerranée .mw-parser-output .sep-liste{font-weight:bold}Alignan-du-Vent · Bassan · Béziers · Boujan-sur-Libron · Cers · Corneilhan · Coulobres · Espondeilhan · Lieuran-lès-Béziers · Lignan-sur-Orb · Montblanc · Sauvian · Sérignan · Servian · Valros · Valras-Plage · Villeneuve-lès-Béziers v · mLes villes de l'Hérault Plus de 250 000 habitants Montpellier Plus de 50 000 habitants Béziers Plus de 40 000 habitants Sète Plus de 20 000 habitants Agde · Frontignan · Lunel Plus de 10 000 habitants Castelnau-le-Lez · Lattes · Mauguio · Mèze · Juvignac Plus de 5 000 habitants Baillargues · Balaruc-les-Bains · Bédarieux · Castries · Clapiers · Clermont-l'Hérault · Cournonterral · Fabrègues · Gigean · Gignac · Grabels · La Grande-Motte · Jacou · Le Crès · Lodève · Marseillan · Marsillargues · Palavas-les-Flots · Pérols · Pézenas · Pignan · Poussan · Prades-le-Lez · Saint-André-de-Sangonis · Saint-Gély-du-Fesc · Saint-Georges-d'Orques · Saint-Jean-de-Védas · Sauvian · Sérignan · Vendargues · Vias · Villeneuve-lès-Maguelone v · mPôle métropolitain de Montpellier Régions Occitanie Départements Hérault • Aude • Gard • Lozère • Pyrénées-Orientales • Aveyron Villes Montpellier • Béziers • Narbonne • Carcassonne • Nîmes • Alès • Mende • Florac • Perpignan • Céret • Rodez • Millau Arrondissements de l'Hérault · Arrondissements de l'Aude · Arrondissements du Gard · Arrondissements de la Lozère · Arrondissements des Pyrénées-Orientales · Arrondissements de l'Aveyron · Liste des intercommunalités de l'Hérault · Liste des intercommunalités de l'Aude · Liste des intercommunalités du Gard · Liste des intercommunalités de la Lozère · Liste des intercommunalités des Pyrénées-Orientales · Liste des intercommunalités de l'Aveyron v · mVilles de la région Occitanie Plus de 200 000 habitants Montpellier · Toulouse Plus de 100 000 habitants Nîmes · Perpignan Plus de 50 000 habitants Béziers · Montauban · Narbonne Plus de 30 000 habitants Albi · Alès · Carcassonne · Castres · Colomiers · Sète · Tarbes Plus de 20 000 habitants Agde · Auch · Blagnac · Frontignan · Lunel · Millau · Muret · Rodez · Tournefeuille Plus de 10 000 habitants Argelès-sur-Mer · Bagnols-sur-Cèze · Balma · Beaucaire · Cahors · Canet-en-Roussillon · Carmaux · Castanet-Tolosan · Castelnaudary · Castelnau-le-Lez · Castelsarrasin · Cugnaux · Fonsorbes · Gaillac · Graulhet · Juvignac · Lattes · Lavaur · Lézignan-Corbières · Limoux · Lourdes · L'Union · Mauguio · Mazamet · Mende · Mèze · Moissac · Onet-le-Château · Pamiers · Plaisance-du-Touch · Pont-Saint-Esprit · Ramonville-Saint-Agne · Saint-Cyprien · Saint-Estève · Saint-Gaudens · Saint-Gilles · Saint-Jean · Saint-Laurent-de-la-Salanque · Saint-Orens-de-Gameville · Vauvert · Villefranche-de-Rouergue · Villeneuve-lès-Avignon v · mGrandes agglomérations de FranceUnités urbaines de plus de 100 000 habitants en 2015 Plus de 10 000 000 habitants Paris Plus de 1 000 000 habitants Lille · Lyon · Marseille Plus de 500 000 habitants Bordeaux · Douai · Grenoble · Nantes · Nice · Toulon · Toulouse Plus de 300 000 habitants Avignon · Béthune · Montpellier · Rennes · Rouen · Saint-Étienne · Strasbourg · Tours · Valenciennes (partie française) Plus de 200 000 habitants Angers · Bayonne · Brest · Clermont-Ferrand · Dijon · Le Havre · Le Mans · Metz · Mulhouse · Nancy · Orléans · Perpignan · Pointe-à-Pitre · Reims Plus de 100 000 habitants Amiens · Angoulême · Annecy · Besançon · Caen · Calais · Cayenne · Chambéry · Creil · Dunkerque · Fort-de-France · Genève-Annemasse (partie française) · La Rochelle · Le Robert · Limoges · Lorient · Maubeuge · Montbéliard · Nîmes · Nouméa · Pau · Poitiers · Saint-Denis (La Réunion) · Saint-Nazaire · Saint-Paul (La Réunion) · Saint-Pierre (La Réunion) · Thionville · Troyes · Valence


 
Recherche Personnalisée
Béziers
Béziers Rugby
Béziers Foot
Béziers Tourisme
Béziers Plage
Béziers Iii
Béziers Carte
Béziers Aéroport
Béziers France
Béziers Transport

Rechercher
Béziers
Béziers Rugby
Béziers Foot
Béziers Tourisme
Béziers Plage
Béziers Iii
Béziers Carte
Béziers Aéroport
Béziers France
Béziers Transport

Bonnes Affaires
Béziers
 
vlrPhone
vlrFilter

Projet de softphones à très faible consommation, radiation et débit, avec le support de l'audio spatial, des décalages de fréquence et des communications ultrasonores
Filtre Audio Multifonction avec Télécommande
Plus d'Informations
Libérez l'Animation VR
AR

Jouez pour révéler des images 3D et des modèles 3D
Plus d'Informations

WhmSoft Moblog
Copyright (C) 2006-2020 WhmSoft
Tous Droits Réservés