Cyborg
Cyborg


Cyborg
Pour les articles homonymes, voir Cyborg (homonymie). Ne doit pas être confondu avec Androïde. Un cyborg (de l'anglais « cybernetic organism », traduisible

Voir Article Wikipédia

Pour les articles homonymes, voir Cyborg (homonymie). Ne doit pas être confondu avec Androïde. Le Terminator T-800, à la base un robot, devient un cyborg androïde quand il revêt une apparence humaine au dessus de sa carcasse métallique.

Un cyborg (de l'anglais « cybernetic organism », traduisible par « organisme cybernétique ») est un être humain — ou à la rigueur un autre être vivant intelligent, en science-fiction — qui a reçu des greffes de parties mécaniques ou électroniques.

Le terme s'emploie surtout en science-fiction ou en futurologie ; aujourd'hui, utiliser le terme, notamment pour des personnes ayant reçu des prothèses, peut être perçu comme de mauvais goût par les intéressés.

Sommaire Étymologie et utilisation du terme

« Cyborg » est un mot d'origine anglaise, contraction de « cybernetic organism » (organisme cybernétique).

Le terme « cyborg » a été popularisé par Manfred Clynes (en) et Nathan S. Kline (en) en 1960 lorsqu'ils se référaient au concept d'un humain « amélioré » qui pourrait survivre dans des environnements extraterrestres. Ce concept est le résultat d'une réflexion sur la nécessité d'une relation intime entre l'humain et la machine, à l'heure des débuts de l'exploration spatiale.

Le mot « cyborg » est devenu d'emploi courant. Cependant, son sens a largement dévié depuis. Dans le film Terminator, il est employé pour désigner un robot, non seulement à l'apparence humaine, mais dont l'enveloppe extérieure est faite de tissus organiques de synthèse (à l'origine faite pour soigner les blessures humaines). Depuis, il est devenu un abus de langage fréquent d'utiliser « cyborg » au lieu de « robot humanoïde ».

L'utilisation du mot pour désigner une personne affectée d'un handicap peut être perçue comme une insulte. Ainsi, lors du passage de Greta Thunberg en France à l'Assemblée nationale, Michel Onfray écrit dans son blog : « Cette jeune fille arbore un visage de cyborg qui ignore l’émotion — ni sourire ni rire, ni étonnement ni stupéfaction, ni peine ni joie. Elle fait songer à ces poupées en silicone qui annoncent la fin de l’humain et l’avènement du posthumain. Elle a le visage, l’âge, le sexe et le corps d’un cyborg du troisième millénaire : son enveloppe est neutre. » Cette qualification entraîne une série de controverses médiatiques.

Principe et origine

La cybernétique étant l'étude exclusive des échanges, un organisme pourrait être qualifié de cybernétique dès lors qu'il effectue un échange efficace pour une tâche donnée, mais le terme cyborg sous-entend en plus qu'il ne s'agit pas (uniquement) d'un organisme naturel.

La cybernétique est un principe scientifique formalisé par Norbert Wiener en 1948. En 1950, il utilise lui-même la métaphore d'un robot communiquant comme un humain pour dissocier le principe d'échange efficace des éléments communicants. La même année, Isaac Asimov publie I, Robot et pose les principes de base de l'échange évolué robot/humain en science-fiction ; il n'est alors pas question de mélange au sein d'un même organisme.

La « cyborgologie » est maintenant un domaine enseigné dans de nombreuses universités. En 1964, l'université de Melbourne a attribué à Manfred Clynes le diplôme de « D.Sc » (docteur en science).

La notion ajoute donc une charge émotive, déviant sensiblement du sens initial d'échange pour aller vers celui plus inquiétant de substitution (où la machine envahit l'humain plus qu'elle n'échange avec lui).

Représentation Représentation artistique d'un cyborg.

Le cyborg est la fusion de l'être organique et de la machine. Tout d'abord créature de science-fiction, le cyborg serait, selon certains, d'ores et déjà une réalité. Une personne ayant un stimulateur cardiaque ou une hanche artificielle, par exemple, peut déjà correspondre à cette définition. On peut également qualifier de cyborg quelqu'un qui a une puce électronique cérébrale, également nommée :

Ces puces électroniques cérébrales sont capables de surveiller et contrôler différentes fonctions du corps humain, en agissant tant sur la motricité que sur les émotions et l'humeur. Le médecin José Delgado, ancien chercheur à l'université Yale, fut un des principaux précurseurs dans la conception de cyborgs. Dans les années 1950 et 1960, il fit des essais sur des animaux et des humains, à qui il implanta des puces électroniques cérébrales contrôlées à distance. En 1966, Delgado affirma que ses travaux « amènent à la conclusion déplaisante que les mouvements, les émotions, et l'humeur, peuvent être contrôlés par des signaux électriques et que les humains peuvent être contrôlés comme des robots en appuyant sur des boutons ». Ses travaux eurent une portée internationale et lui valurent un article dans le New York Times.

Le cyborg en philosophie

La philosophe et biologiste américaine Donna Haraway a proposé une réflexion sur le monde contemporain en s'inspirant du concept de cyborg. Dans son Manifeste Cyborg, elle propose une épistémologie située, (central dans le féminisme matérialiste anglo-saxon) en s'appuyant sur la figure du cyborg qui défait les frontières entre fictions sociales et récits sociaux. Ce cyborg est le sujet d'un féminisme qui « blasphème des frontières », remettant en question la femme comme sujet du féminisme. En effet, Teresa de Lauretis décrit une « rupture constitutive du sujet du féminisme » due au fait que le sujet du féminisme serait le cyborg d'Haraway, et non « LA femme », construction sociale fragilisée par ce dépassement des frontières.

Cette rupture entraîne un déplacement d'un savoir féministe hégémonique hétérocolonial et universitaire vers une multiplicité de savoirs situés partant, selon Paul B. Preciado, des frontières, des marges que sont par exemple les féminismes noir, chicano, lesbien et trans, ou les travailleuses du sexe. Toujours selon Preciado, la connaissance située soutenue par Haraway n'est pas un dépassement de la tension entre constructivisme (Bruno Latour) et empirisme féministe (Sandra Harding), mais leur contamination mutuelle, par un « savoir-vampire ». Il cite ainsi des « figures liminaires » similaires au cyborg : virus et FemaleMan d'Haraway, sujet nomade de Rosi Braidotti, drag de Judith Butler, entre autres. Chez Preciado, cette figure est le vampire.

Selon Haraway, le cyborg est autant une utopie qui produit la connaissance située, qu'une réalité que chaque être humain est déjà :

« Nous sommes des chimères, des hybrides, des cyborgs, image condensée de l'imagination et de la réalité. »

Dans la culture populaire Quelques livres Quelques films Liste de cyborgs, robots, androïdes et Intelligences artificielle dans la fiction Cosplay du super-héros Cyborg. Quelques séries télévisées Quelques vidéoclips Quelques bandes dessinées et films d'animation Quelques jeux vidéo Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2017). Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source. Dans la musique

Le 1er décembre 2016, un an après la réédition de son album Feu, Nekfeu est sur la scène de l'AccorHotels Arena (Bercy) de Paris pour clôturer sa tournée Feu Tour ; lors de ce concert il annonce la sortie d'un nouvel album, Cyborg.

Notes et références
  1. ↑ Sur newscientist.com.
  2. ↑ Juliette Rennes (dir.), Encyclopédie critique du genre : corps, sexualité, rapports sociaux, Paris, La Découverte, dl 2016, cop. 2016, 740 p. (ISBN 9782707190482, OCLC 962555730, lire en ligne), p. 193-203.
  3. ↑ « Le stade suprême du nihilisme » sur michelonfray.com.
  4. ↑ « Trop jeune, manipulée, payée… Nous avons passé au crible les critiques faites à Greta Thunberg », sur Franceinfo, 23 juillet 2019 (consulté le 23 juillet 2019).
  5. ↑ Dans son livre Cybernétique et société censé vulgariser le premier la cybernétique.
  6. ↑ Diplôme supérieur au Ph. D., et rarement donné par des universités britanniques.
  7. ↑ a b et c D. de Gramont, Le Christianisme est un transhumanisme : Et si Jésus-Christ était le cyborg ultime?, Paris, Les éditions du cerf, septembre 2017, 365 p. (ISBN 978-2-204-11217-8), chap. 1 (« A la recherche du transhumain »)
  8. ↑ (en) Kreech, David, Controlling the Mind Controllers, 1966.
  9. ↑ a b et c Donna Haraway, Manifeste Cyborg et autres essais, Exils, coll. « Exils », 2007
  10. ↑ a et b Espineira, Karine, 1967-, Alessandrin, Arnaud et Thomas, Maud-Yeuse, La transyclopédie : tout savoir sur les transidentités (ISBN 9781291103229, OCLC 892334386).
  11. ↑ a b c d et e Beatriz Preciado, « Savoirs_Vampires@War », Multitudes, vol. no 20, no 1,‎ 1er janvier 2005, p. 147–147 (ISSN 0292-0107, DOI 10.3917/mult.020.0147, lire en ligne, consulté le 28 avril 2017).
  12. ↑ Elsa Dorlin, « Donna Haraway: manifeste postmoderne pour un féminisme matérialiste », La Revue Internationale des Livres et des Idées, vol. 24,‎ 2009.
  13. ↑ (en) Teresa De Lauretis, Alice Doesn’t. Feminism, Semiotics, Cinema., Indiana, Bloomington, 1984.
Articles connexes


 
Recherche Personnalisée
Cyborg

Rechercher
Cyborg

Bonnes Affaires
Cyborg
 
vlrPhone
vlrFilter

Projet de softphones à très faible consommation, radiation et débit, avec le support de l'audio spatial, des décalages de fréquence et des communications ultrasonores
Filtre Audio Multifonction avec Télécommande
Plus d'Informations
Libérez l'Animation VR
AR

Jouez pour révéler des images 3D et des modèles 3D
Plus d'Informations

WhmSoft Moblog
Copyright (C) 2006-2020 WhmSoft
Tous Droits Réservés